Actualisé

Mobilisation des Italiens de Suisse«Je suis très inquiète pour mes amis de L'Aquila»

Alors que les secours s'activent encore dans la zone dévastée par le séisme, les Italiens de Suisse se mobilisent pour venir en aide à leurs compatriotes.

par
Didier Bender

«Je suis très inquiète. J'ai des amis à L'Aquila. Et je n'arrive pas à avoir de leurs nouvelles», raconte Grazia Tredanari. «Je pense qu'ils n'ont pas accès à internet ou que le réseau est surchargé». Elle se raccroche à l'espoir.

Cette Suissesse d'adoption connaît bien L'Aquila pour y avoir étudié les langues, dès 1985. Aujourd'hui établie à Lausanne, elle préside la section Vaud-Fribourg du Com.It.Es, une assemblée des Italiens de l'étranger. «J'allais manger dans la maison des étudiants qui est tombée. Il y avait la cantine».

Une récolte de fonds a été lancée à travers les Com.It.Es (CCP: «terremoto Abruzzo», 17-311510-3). Grazia Tredanari fait partie des personnes chargés de coordonner cette collecte. «Nous aimerions bien pouvoir aider, de manière concrète, à reconstruire ce qui a été détruit», précise la présidente. «Et pourquoi pas le bâtiment des étudiants. Car c'est vital pour L'Aquila».

De Rome, où il siège au Sénat, Claudio Micheloni croule lui aussi sous les sollicitations. Cet Italien, qui est établi à Cortaillod dans le canton de Neuchâtel, représente depuis 2006 à Rome, les Italiens établis en Europe. Il aurait dû se rendre aujourd'hui dans les Abruzzes, la région dont il est originaire, pour se rendre compte de la situation. «Nous venons d'avoir une séance au Sénat. Et le président Renato Schifani a demandé de renvoyer toutes les visites sur le terrain car cela pose trop de problèmes», explique, au téléphone, le sénateur. «Les autoroutes sont fermées et le seul moyen pour se rendre dans la région, c'est de prendre l'hélicoptère». Et depuis lundi, les hélicoptères sont affectés au secours et à des actions de première nécessité.

20'000 Italiens des Abruzzes en Suisse

De la capitale italienne, le sénateur tente tant bien que mal de répondre aux nombreuses sollicitations des émigrés des Abruzzes. «Il y a quelque 300'000 personnes originaires des Abruzzes dans le monde, dont 20'000 en Suisse», précise-t-il. «Des familles cherchent à se mettre en contact avec leurs proches. Il y a aussi des gens qui nous demandent aussi comment ils peuvent apporter leur soutien aux victimes du séisme.»

Une ligne téléphonique a été ouverte pour renseigner les Italiens de l'étranger sur les morts et les disparus (tél: 0039 06 68203229). En Suisse romande, des initiatives se mettent en place. «Une fête s'organise du côté de Neuchâtel», note Claudio Micheloni. «L'argent sera également collecté dans le cadre de tombolas ou lors de la Fête des mères, en mai», informe mercredi dans la Tribune de Genève, Stevan Terzini, secrétaire national de la Fédération des associations des Abruzzes en Suisse.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!