Ski alpin: «Je suis très triste pour Anna, ma meilleure amie»
Actualisé

Ski alpin«Je suis très triste pour Anna, ma meilleure amie»

Malgré la blessure d'Anna Fenninger, la Suissesse Lara Gut débute la saison nouvelle avec enthousiasme, sûre de ses progrès.

par
Florian Müller
Sölden
La Tessinoise (à g.) apprécie lAutrichienne: la rivalité sportive nempêche pas le respect mutuel.

La Tessinoise (à g.) apprécie lAutrichienne: la rivalité sportive nempêche pas le respect mutuel.

Lara Gut, comment avez-vous accueilli la blessure de votre amie et plus grande rivale, Anna Fenninger?

Je suis très triste pour Anna. Elle va beaucoup me manquer, car c'est ma meilleure amie, mais aussi à la Coupe du monde, car c'est une skieuse fantastique. Maintenant, ce sont les risques du métier, il faut les accepter.

Durant l'été, vous avez changé de marque de skis, et vous avez modifié votre staff. C'est un tournant dans votre carrière?

J'ai changé des choses, oui. C'est beaucoup de travail, mais c'est très excitant de prendre un nouveau départ, ça donne un nouveau souffle. Et ma préparation était excellente, parce que sans pépin physique.

Beaucoup vous voient en favorite pour le grand Globe de cristal. Ont-ils raison?

Ils disent ça pour mettre la pression, sur moi et sur les autres athlètes. A chaque début de saison c'est pareil. Maintenant, moi, je me concentre toujours sur mes courses. Skier vite, faire de mon mieux, et prendre du plaisir: voilà mes objectifs.

Ici à Sölden, c'est un slalom géant qui vous attend demain. Une discipline dans laquelle vous avez connu des difficultés la saison passée…

Durant ma préparation, j'ai pris un soin tout particulier avec cette discipline. J'ai compris que pour moi, et pour mes performances, le slalom géant est vraiment la base.

Vous êtes désormais, avec le départ à la retraite de nombreuses skieuses, la figure de proue de l'équipe de Suisse. Ça change votre approche?

Fondamentalement, non. Je me concentre toujours sur mes propres performances. Sauf que cette saison, il y aura moins de monde pour rattraper mes éventuelles erreurs.

Les hommes comptent sur la jeunesse

Avec le forfait de Carlo Janka, qui pourrait renoncer définitivement au slalom géant à l'avenir, c'est une Suisse rajeunie qui se présentera au départ de la première épreuve de la saison, dimanche. Gino Caviezel, Manuel Pleisch, Thomas Tumler, Justin Murisier, Elia Zurbriggen, Loïc Meillard et Amaury Genoud composeront l'escouade helvétique, âgée d'à peine plus de 20 ans en moyenne. Le Valaisan Loïc Meillard (19 ans), qui entame sa première saison de Coupe du monde, est le grand espoir du ski suisse. Reste à lui laisser le temps de se développer.

Ton opinion