22.08.2019 à 17:30

Tiffany Haddish«Je suis une miraculée de la vie»

Meurtrie par une enfance difficile, la comédienne américaine s'en est sortie grâce son optimisme infaillible.

de
Henry Arnaud, Hollywood
Malgré son succès à Hollywood, Tiffany Haddish se dit très économe.

Malgré son succès à Hollywood, Tiffany Haddish se dit très économe.

AFP/Jean-baptiste Lacroix

Abandonnée par son père, puis retirée à sa mère schizophrène, Tiffany Haddish a été de foyers en familles d'accueil durant toute son adolescence. Elle doit son salut à son humour. «Je suis une miraculée de la vie. Rire du pire m'a évité de sombrer dans la dépression», dit-elle. Avec plus de 5 millions de followers sur Instagram, elle est devenue à 39 ans la comique black la plus demandée à Hollywood. L'actrice est à l'affiche du film «Les baronnes», actuellement au cinéma.

Vous êtes comédienne depuis 15 ans mais une grande partie du public vous découvre depuis seulement un an. Comment l'expliquez-vous?

J'ai enchaîné des dizaines de petites rôles à la télé comme au cinéma et j'ai souvent été reléguée à des apparitions en étant la jeune black drôle avec Kevin Hart ou Queen Latifah, par exemple. Mais cela m'a appris à me faire connaître au fil des années.

Quelle est votre réaction face au succès ?

Je me regarde dans mon miroir tous les matins pour me dire que je m'aime et que je suis fière de moi! J'ai dormi dans ma voiture plus jeune car je n'avais pas de quoi payer un loyer, alors j'apprécie d'autant plus ma réussite. Aujourd'hui, je peux me payer trois repas par jour et je paie pour faire de la gym et maigrir. Surprenant comme la vie peut changer.

Aimez-vous que l'on vous présente comme la comique de couleur la plus demandée à Hollywood?

C'est possible, mais je suis superprudente et économe. Je me suis acheté une maison avec mon premier gros chèque d'une série TV (NDLR: «The Carmichael Show») car ma plus grande peur est de me retrouver sans un toit pour vivre. J'ai gardé des réflexes économes, comme de faire les vides greniers et les boutiques de fringues de secondes mains.

Votre film «Les baronnes» est l'adaptation d'un comic-book sur un gang de trois filles dans le quartier de Hell's Kitchen à New-York...

Ce sont plutôt trois femmes qui se battent pour être à égalité avec les hommes. Melissa McCarthy, Elisabeth Moss et moi avons accepté ce scénario pour montrer aux adolescentes qu'elles n'ont pas besoin de se trouver un mec pour s'en sortir. L'action se déroule à la fin des années 1970, sur fond de mafia et trafics en tout genre. Je n'ai qu'un seul regret avec «Les baronnes», c'est que ma scène de sexe ait été coupée au montage final (rires). Être une femme qui commande, même au lit, j'adore ça!

Regardez la bande-annonce du film «Les baronnes», actuellement au cinéma:

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!