«Je vais sortir et massacrer tout le monde à Lausanne!»

Publié

Vaud«Si je ne me retenais pas, Lausanne serait un chantier de cadavres»

À la suite de messages alarmants sur une plateforme, un quadra avait été dénoncé en juin 2021. Après dix mois de préventive, la justice a retenu que la place de ce schizophrène et héroïnomane était en institution et non en prison.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
L’homme avait multiplié les menaces sur le Net, de 2018 à 2021.

L’homme avait multiplié les menaces sur le Net, de 2018 à 2021.

Getty Images

Très actif sur une plateforme d’échanges entre 2018 et 2021, Luc* y a tenu des messages effrayants et macabres visant Lausanne et ses habitants. «Je vais sortir et tout massacrer dans cette foutue ville», avait-il notamment écrit. Ou encore: «Si je ne me retenais pas, Lausanne serait un chantier de cadavres.»

Crachats, insultes et menaces contre la police

Dénoncé par la justice française aux autorités vaudoises le 28 juin 2021, ce quadra suisse est arrêté le même jour chez lui. Lors de l’intervention, les policiers reçoivent crachats, insultes et menaces de se voir «refiler le VIH». Les agents voient qu’ils n’ont pas affaire à un dangereux terroriste, mais à un maigrichon en grande souffrance psychique. C’est ainsi que Luc est acheminé au CHUV. Là-bas, hystérique, il menace le personnel, clame son amour pour Hitler et le fascisme ainsi que sa haine des Arabes et des Noirs. 

«Ma détention m’a beaucoup aidé. Je ne touche plus à la drogue depuis plus d’un an. Je veux continuer mon traitement»

Luc*, un prévenu dont la peine de prison a été remplacée par un traitement institutionnel.

Après dix mois de prison préventive, Luc a été placé en institution. Jeudi, au Tribunal de Lausanne, le rentier AI semblait s’être assagi. «J’étais dans une mauvaise passe à cause de ma schizophrénie et de ma dépendance à l’héroïne. Ma détention m’a beaucoup aidé. Je ne touche plus à la drogue depuis plus d’un an. Je veux rester en institution», a déclaré l’homme aux vingt ans de stups. «Vous êtes sur la voie de la rédemption», a constaté la présidente du Tribunal.

«Je suis désolé pour tout ce que j’ai dit et fait de mal»

Pause comprise, l’audience n’aura duré qu’une heure en raison d’une procédure quasi simplifiée ponctuée par un accord entre la défense et le procureur sur la peine du prévenu. Un choix qui a été entériné par le Tribunal. Luc a ainsi été condamné à 12 mois de prison, sous déduction de ses 304 jours de préventive, et à une amende de 300 francs. La peine privative de liberté a été suspendue au profit d’un traitement en institution. «Il n’y a pas de problème. Cela me va. Je suis désolé de tout ce que j’ai dit et fait de mal», a déclaré le quadra. Fan de Michel Leeb, Luc rêve désormais de carrière théâtrale. Quand il sera définitivement guéri de ses vieux démons.
*Prénom d’emprunt

Ton opinion