Actualisé 16.11.2006 à 22:08

«Je veux faire du cinéma coûte que coûte»

Lauriane Gilliéron n'acceptera plus aucun contrat de représentation après janvier 2007.

– Est-ce que vous avez pris des vacances depuis que vous n'êtes plus Miss Suisse?

– Non, je m'octroie quelques jours de repos de temps à autre. Je suis libre de choisir mon emploi du temps maintenant, mais je n'ai pas subi le trou noir que l'on pouvait craindre.

– Quel est votre emploi du temps?

– Ce soir, (n.d.l.r.: jeudi soir) j'inaugure un garage. Demain soir (vendredi) j'accompagne Fiona Hefti à Gstaad pour inaugurer un restaurant. Le samedi 25, je me rends aux portes ouvertes de la nouvelle salle où je fais du fitness. Le soir, je serai dans le jury de Miss TVM3.

– Comment faire pour vous convaincre d'accepter une invitation?

– Il faut que j'aime ce que l'on me propose. Ensuite, je laisse l'organisation de Miss Suisse discuter. Ce sont toujours eux qui me représentent. Surtout, il ne faut pas me proposer des dates au delà de janvier 2007.

– Pourquoi?

– J'ai la ferme intention de me rendre l'année prochaine à Los Angeles dans une école d'art. J'ai commencé à prospecter. Je veux faire du cinéma, coûte que coûte...

– Qui vous donne un coup de main dans vos recherches?

– Le président de la Croix-Rouge René Rhinow m'aide avec ces contacts. Ainsi que Melanie Winiger, qui a suivi des cours là-bas, et Mahara McKay.

– Quel est votre film culte?

– Je n'en ai pas spécialement, mais j'aime beaucoup «Le village», de Night Shyamalan.

Juan Caido

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!