Actualisé

France«Je vis avec le racisme, je n'étais pas surpris»

«Le Parisien» a retrouvé le jeune homme qui a été victime du racisme d'un groupe de supporters de Chelsea, mardi soir dans le métro. Il témoigne.

par
joc

Le Noir qui s'est fait malmener mardi soir dans le métro parisien par un groupe de supporters de Chelsea s'est confié au «Parisien». Souleymane, 33 ans, ne s'était pas rendu compte de l'ampleur que sa mésaventure avait prise dans les médias. Il avait en effet perdu son téléphone portable dans l'altercation et n'avait donc pas vu la vidéo de l'incident qui tournait sur le web.

J'ai voulu entrer dans le wagon mais un groupe de supporters anglais me bloquait et me repoussait (...) Ils me disaient des trucs en anglais mais je ne comprenais pas vraiment le sens de leurs propos. Je ne parle pas un mot d'anglais. (...) J'ai bien compris aussi qu'ils s'en prenaient à moi à cause de la couleur de ma peau. Vous savez, je vis avec le racisme, je n'étais pas vraiment surpris de ce qui m'arrivait même si c'était une première dans le métro», raconte le trentenaire, qui rentrait alors du travail.

«Que dire à mes enfants?»

Souleymane, chef d'exploitation dans une entreprise, explique ensuite qu'il est «resté longtemps face à eux». «Une personne est venue ensuite me dire que j'avais été courageux de résister à des gens comme ça.» L'homme précise cependant que personne n'a pris sa défense. «Mais, de toute façon, que pouvait-on faire?», ajoute-t-il. En rentrant chez lui, le jeune homme n'a parlé de cette histoire à personne: «Que dire à mes enfants? Que papa s'est fait bousculer dans le métro parce qu'il est noir? Cela ne sert à rien», estime-t-il.

Après avoir visionné la vidéo, Souleymane a trouvé le courage d'aller porter plainte: «Je vais essayer de le faire demain (ndlr: jeudi) si j'ai le temps, parce que j'ai aussi un travail. Dans tous les cas, j'ai l'intention de me tourner vers des associations antiracistes. Ces personnes, ces supporters anglais, doivent être retrouvées, punies et doivent être enfermées. Ce qui s'est passé ne doit pas rester impuni», conclut le père de famille.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!