Actualisé 06.08.2009 à 11:11

Mister Suisse romande 2008«Je vois le dalaï-lama pour la quatrième fois!»

Mister Suisse romande 2008 et bouddhiste, Olivier Marillier a suivi les conférences du dalaï-lama. Spirituel, le Neuchâtelois parle de l'ambiance à Malley et de son choix pour le bouddhisme.

de
Thierry Délèze

20 minutes online: Olivier Marillier, vous sortez de la conférence publique du dalaï-lama, que ressentez-vous?

Olivier Marillier: Je me sens bien, apaisé. Ce sont des journées d'intenses réflexions

Comment vivez-vous les conférences? Je prends des notes, je rédige. Ensuite, je réfléchis sur moi-même. Pour moi, le bouddhisme est une réflexion sur la durée, c'est une continuité. Le message est toujours le même. Il s'agit de transformer son esprit. Je vois le dalaï-lama pour la quatrième fois. Cette fois-ci, j'ai pris l'abonnement pour un jour et demi. La dernière fois, à Zurich, c'était sur une semaine. Il y avait bien sûr davantage d'enseignements, mais sur deux jours, c'est très bien aussi.

Comment trouvez-vous l'ambiance? C'est magnifique, c'est un petit Tibet ici! Le pays est présent par sa nourriture, sa culture. C'est une ambiance très spéciale, les gens sont amicaux. C'est un mélange d'amitié et de recueillement, de recherche intérieure.

Certains médias ont parlé de conférences un peu «décousues»...: Je ne trouve pas. Tout le monde peut en retenir quelque chose. L'enseignement est adapté. C'est vrai qu'il y a des passages, des moments plus compliqués, plus ardus que d'autres, mais dans l'ensemble, je trouve que c'était très clair.

Et le prix? (ndlr: de 28.- la conférence publique à 238.- l'ensemble des deux jours): Franchement, ca peut paraître beaucoup mais je trouve que ça va. Il y a de nombreux frais liés à l'organisation qu'il faut prendre en compte. Cette somme ne me choque pas.

Que vous apporte le bouddhisme? Le bouddhisme m'apporte des réponses à certaines questions. Par exemple, pourquoi nous arrive-t-il telle ou telle chose dans la vie? Le bouddhisme me donne des repères. J'ai eu mon premier contact avec cette religion à 15 ans et j'ai décidé d'y adhérer à 18 ans. Ce n'était donc pas parce que c'était tendance, mais bien le fruit d'une longue réflexion. Je me suis toujours posé beaucoup de questions sur la spiritualité. A 14 ans, j'avais déjà lu deux fois la Bible….

Vous assumez pleinement votre homosexualité. Pourtant, le dalaï-lama décrit l'homosexualité comme étant une mauvaise conduite sexuelle…: Le bouddhisme n'est pas la seule religion qui ne reconnait pas l'homosexualité… Moi, je n'ai jamais senti de pression ou d'animosité de la part des bouddhistes à mon égard.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!