Football: Jean-Michel Aulas drague la Genève économique
Actualisé

FootballJean-Michel Aulas drague la Genève économique

Le président de l'OL est venu jeudi à Genève. Il a présenté le futur Grand Stade de Lyon à une assemblée de quelque 300 personnes du monde politique ou économique.

Le président de l'Olympique lyonnais Jean-Michel Aulas.

Le président de l'Olympique lyonnais Jean-Michel Aulas.

A quatre mois de l'inauguration de son Grand Stade, Jean-Michel Aulas, le président de l'Olympique Lyonnais, est venu jeudi à Genève pour draguer ses potentiels nouveaux clients.

L'objectif: vendre des loges au milieu économique genevois qu'il espère appâter à Décimes.

«Le potentiel économique de Lyon n'est pas suffisant. Alors, si je ne vais pas à Genève, Paris, Londres ou même Bruxelles...» Jean-Michel Aulas, en homme d'affaires avisé, a parfaitement compris les opportunités que lui offrait l'attractive Suisse. Genève notamment. Ainsi a-t-il présenté son Grand Stade - qui sera inauguré en janvier - à une assemblée de quelque 300 personnes issues du monde politique ou économique.

«JMA» a joué à fond sur deux terrains. Celui de la proximité - «il ne faudra qu'une heure et quart pour rejoindre le stade depuis Genève» - et du luxe. L'enceinte flambant neuve sera une des plus modernes du monde, connectée, écologique et dotée de très nombreux espaces dédiés aux entreprises. Les loges seront d'ailleurs mises à disposition de leurs propriétaires 365 jours par an, avec en sus un service de conciergerie.

Un stade de 60'ooo places

Le Grand Stade, d'une capacité d'un peu moins de 60 000 places, sera au coeur d'un complexe de 55 hectares appelé Parc Olympique Lyonnais, dans lequel se trouveront entre autres des restaurants (notamment la Brasserie Bocuse), un hôtel, des commerces, un parc d'entreprises, les centres d'entraînement et de formation de l'OL masculin et féminin, une clinique ambulatoire et le musée du sport rhône-alpin. Le coût total sera de 600 mio d'euros, dont 450 mio pour le stade uniquement, lesquel sont totalement à la charge du club (220 mio ont été apportés en fonds propres). Il accueillera six matches de l'Euro 2016, dont une demi-finale.

Il s'agit bien là d'une révolution en France: Lyon deviendra le premier club à posséder son stade, suivant les exemples réussis d'Arsenal et de Bayern Munich. Ce dernier a remboursé la totalité des coûts de construction de son Allianz-Arena cette année, soit en dix ans. Jean-Michel Aulas espère pouvoir le faire en quinze ans.

Et le président espère surtout que ce nouvel outil lui permettra de refaire son retard sur le PSG des Qataris. «En 2014/15, notre chiffre d'affaires a été de 104 mio d'euros, explique-t-il. Pour 2015/16, on estime qu'il sera de 180 à 200 mio, alors que n'aurons passé que quelques mois dans le Grand Stade. On va pouvoir revenir à hauteur de Paris, car on est plus malins. Paris a le pétrole, nous avons les idées!»

Oui, bien sûr, le facétieux Jean-Michel Aulas n'a pas pu s'empêcher de faire du «JMA» et de lancer quelques piques humoristiques qui ont souvent conquis l'auditoire. «En terme de haut niveau, l'OL est la seule offre de la région», assène à raison le président. La Genève économique a bien reçu le message et les dépliants détaillant les «swiss packages» élaborés spécialement à son intention. Reste à savoir si elle répondra favorablement au chant des sirènes gones. (nxp/si)

(NewsXpress)

Ton opinion