Propos sur les «nègres»: Jean-Paul Guerlain confesse une «imbécilité»
Actualisé

Propos sur les «nègres»Jean-Paul Guerlain confesse une «imbécilité»

Seize mois après la polémique suscitée par ses propos sur les «nègres», Jean-Paul Guerlain, directeur de la maison de parfums, a regretté jeudi avoir commis cette «imbécilité».

Jean-Paul Guerlain a exprimé ses regrets sur ses propos sur les «nègres».

Jean-Paul Guerlain a exprimé ses regrets sur ses propos sur les «nègres».

«J'ai dit une imbécilité», a déclaré jeudi M. Guerlain, 75 ans, costume trois pièces marron et béquilles, connu pour avoir lancé une quarantaine de parfums, tous plus connus les uns que les autres: de «Vétiver» à «Habit rouge», en passant par «Samsara».

Il n'a cependant pas convaincu les associations qui s'étaient portées partie civile (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples, SOS Racisme, Noir et Fier, Ligue contre le racisme et l'antisémitisme) et qui l'ont accusé de «racisme jovial». M. Guerlain encourt six mois de prison et 22'500 euros d'amende.

Guerlain raciste

Propos malheureux

Interrogé sur la création du parfum «Samsara» au journal télévisé de la chaîne France 2 le 15 octobre 2010, le descendant du fondateur de la célèbre maison Guerlain avait répondu: «Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin...»

Un déluge de protestations et d'appels au boycott des produits Guerlain avait suivi, en dépit des excuses présentées par le parfumeur.

«La première partie de ma phrase est une phrase que j'ai entendue toute ma jeunesse quand je travaillais dans le jardin de mon grand-père. Je suis d'une autre génération», s'est justifié jeudi M. Guerlain. C'était «une expression courante à l'époque».

«Quant à l'autre phrase, c'est une imbécilité de ma part, j'ai voulu faire rigoler la journaliste et je le regrette», a poursuivi le parfumeur.

Profonds regrets

«Je regrette très profondément et je présente toutes mes excuses à la communauté noire pour cette imbécilité», a-t-il répété à plusieurs reprises.

«Je ne me sens pas du tout coupable car je n'ai jamais été raciste, bien au contraire», a-t-il dit. «Je passais la moitié de mon temps en Côte d'Ivoire, au Sénégal et en Haute-Volta (ex-colonie d'Afrique occidentale française, aujourd'hui le Burkina Faso, ndlr), en Guinée-Bissau» pour prélever la matière première nécessaire aux parfums.

Les parties civiles se sont ensuite succédé à la barre pour dénoncer un «racisme ordinaire» imprégné de clichés coloniaux.

Pas conscience des conséquences

Ainsi un représentant de l'Alliance noire citoyenne (ANC) a déploré que M. Guerlain n'ait pas pris «conscience de la déflagration que provoquent de tels propos, tant ils sont banalisés (...). Ce n'est pas lui qu'on condamne directement, mais cette négrophobie inconsciente».

Pour l'avocat de SOS Racisme Patrick Klugman, «ces propos sont dramatiquement classiques» mais d'une «exceptionnelle gravité», a-t-il plaidé, avant de dénoncer un «racisme jovial».

Retraité depuis 2002 après 47 ans passés dans l'entreprise familiale, Jean-Paul Guerlain est resté, jusqu'en octobre 2010, consultant auprès du «nez» de la maison, Thierry Wasser. Mais l'entreprise a cessé toute collaboration quelques jours après ses propos sur les «nègres».

Le tribunal devait mettre sa décision en délibéré à l'issue du réquisitoire et des plaidoiries de la défense. (afp)

Ton opinion