France: Jean-Pierre Treiber inhumé en Alsace
Actualisé

FranceJean-Pierre Treiber inhumé en Alsace

Jean-Pierre Treiber, qui s'est suicidé le 20 février en prison alors qu'il était accusé du meurtre de la fille de l'acteur Roland Giraud et de son amie, a été inhumé samedi dans son village familial en Alsace.

Environ 150 à 200 personnes ont assisté aux obsèques dans la petite église.

Une photo du défunt avait été disposée à côté du cercueil, a constaté un journaliste de l'AFP. Les parents, le frère, la soeur, la fille de 20 ans, la compagne et l'ex-femme de Jean-Pierre Treiber étaient présents aux obsèques dans le village de Soppe-le-Bas.

«Tu as tenu le coup longtemps, je n'ai jamais compris comment. Tu as cru à la justice des hommes. Tu t'es accroché à cette idée mais ce samedi 20 février, ton courage t'a abandonné», a déclaré lors de la cérémonie Paulette, la soeur du défunt.

Le prêtre a évoqué la «fin de vie ténébreuse» de Jean-Pierre Treiber. «Nous ne pouvons pas pénétrer dans la conscience d'un être humain profondément perturbé, blessé, jugé avant même le jugement du tribunal», a-t-il affirmé. L'accusé s'est pendu dans sa cellule à deux mois de l'ouverture de son procès.

A l'issue de la cérémonie, Jean-Pierre Treiber a été porté en terre dans le petit cimetière jouxtant l'église de Soppe-le-Bas, un village de 750 habitants situé entre Belfort et Mulhouse, où sa famille est installée de longue date, mais où lui-même n'avait plus fait que de rares apparitions ces dernières années.

Jean-Pierre Treiber, qui devait être jugé à partir du 20 avril pour le double homicide de Géraldine Giraud et Katia Lherbier en 2004, s'est suicidé dans sa cellule de la prison de Fleury-Mérogis, en banlieue parisienne. Son décès a mis brutalement un terme à cinq ans de feuilleton médiatico-judiciaire, en annulant toute possibilité de procès et laissant les familles des victimes face à de nombreuses zones d'ombre. (ats)

Ton opinion