Actualisé 05.12.2007 à 11:32

Jelmoli porte plainte contre ses acheteurs israéliens

Jelmoli décide finalement de porter plainte contre ses acheteurs israéliens, après l'échec de la vente de son pôle immobilier.

Le groupe zurichois réclame au consortium la somme convenue, soit 3,4 milliards de francs, intérêts en sus.

Le refus des acheteurs de s'exécuter constitue une violation claire du contrat, a indiqué mercredi Jelmoli, qui parle d'un cas «inédit en Suisse». L'accord passé ne comporte aucune clause autorisant un tel retrait, a-t-il ajouté.

Jelmoli avait annoncé le 31 juillet la vente de ses activités immobilières aux groupes Blenheim Properties, Delek Global Real Estate et Delek Belron International.

Mais en septembre, les acheteurs ont voulu renégocier le prix à la baisse, justifiant leur demande par les changements intervenus entre-temps sur le marché immobilier mondial. Le 25 octobre, le consortium a définitivement jeté l'éponge.

Le groupe zurichois a alors déclaré qu'il allait étudier ses options, notamment une action en justice. Après examen juridique dans plusieurs pays, Jelmoli a chargé ses avocats d'entamer la procédure. Les mesures préparatoires seront décidées prochainement, a précisé le groupe.

Assemblée générale vendredi

La cession du pôle immobilier de Jelmoli s'inscrivait dans la réorganisation du groupe, qui a également cédé au préalable à Coop la chaîne de magasins Fust d'éléctroménager et d'électronique de loisirs.

Walter Fust, le président du conseil d'administration de Jelmoli, soutenu par un groupe d'actionnaires minoritaires, est en conflit ouvert sur la stratégie à mener avec l'actionnaire principal de Jelmoli, l'Allemand Georg von Opel. Une assemblée générale extraordinaire, où figure la proposition de faire réélire Walter Fust à la tête de l'organe de surveillance, doit se tenir vendredi.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!