Actualisé 06.07.2020 à 12:25

Corée du Sud

«J’entends d’ici les criminels sexuels applaudir à cette nouvelle»

La Corée du Sud a refusé lundi d'extrader aux Etats-Unis un exploitant de site pédopornographique.

Image d’illustration

Image d’illustration

Keystone

Un tribunal sud-coréen a rejeté lundi une demande d'extradition aux Etats-Unis d'un homme reconnu coupable d'avoir dirigé l'un des plus gros sites internet de pédopornographie au monde.

L’exploitant du site de pornographie enfantine sud-coréen «Welcome to Video», en vendait le contenu dans le monde entier sur le darknet pour des bitcoins, une crypto-monnaie numérique.

Des clients américains écopent de 15 ans de prison

Reconnu coupable d'avoir violé les lois sud-coréennes sur la protection de l'enfance, il a purgé une peine de 18 mois de prison se terminant en avril. Il est resté en détention depuis car il a également été inculpé à Washington et pourrait encourir une peine beaucoup plus longue aux Etats-Unis.

Ainsi des clients ont été condamnés aux Etats-Unis à des peines de 15 ans de prison, contrastant avec la peine légère purgée par l’exploitant en Corée du Sud, ce qui a suscité des appels à durcir la législation sud-coréenne contre la pédopornographie.

La Haute Cour de Séoul a justifié le rejet de la demande d'extradition en faisant valoir que son départ à l'étranger pourrait «entraver l'enquête sud-coréenne sur les contenus à caractère sexuel», a rapporté l'agence de presse Yonhap. «La décision ne doit pas être interprétée comme une manière de l'exonérer», a ajouté le tribunal, selon Yonhap. Mais cette décision a suscité des réactions négatives dans les réseaux sociaux en Corée du Sud.

La toile s’agite

«Je peux presque entendre divers criminels sexuels applaudir à cette nouvelle», a déclaré un utilisateur de Twitter. «La Corée du Sud doit être le seul pays à laisser en liberté les prédateurs sexuels d'enfants», a réagi un autre.

Selon le ministère américain de la Justice, 338 personnes liées au site ont été arrêtées l'an dernier à travers le monde, notamment en Corée du Sud, aux États-Unis, au Canada, en Espagne et au Brésil.

Qualifié par le gouvernement américain de «plus grand marché d'exploitation sexuelle d'enfants en termes de volumes de contenus», le site de Son donnait accès à 250’000 vidéos pornographiques pour enfants contre des paiements en bitcoins.

Il a été l'un des premiers sites du darknet (réseaux cachés non référencés par les moteurs de recherche classiques) à vendre des vidéos d'exploitation d'enfants pour des bitcoins, le site affirmant qu'elles ont été téléchargées plus d'un million de fois, selon le ministère américain de la Justice.

(AFP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!