Genève: Jet d’eau illuminé contre les maladies négligées
Publié

GenèveJet d’eau illuminé contre les maladies négligées

Le symbole de Genève sera coloré, samedi, pour rappeler que des maladies graves touchent un être humain sur cinq, dans des zones pauvres et délaissées par l’industrie pharmaceutique.

par
dra
Le Jet d’eau, dans la rade de Genève.

Le Jet d’eau, dans la rade de Genève.

Laurent Guiraud/TG

Avec le Colisée à Rome, la muraille de Chine, les pyramides de Gizeh ou encore le Christ rédempteur à Rio de Janeiro, le Jet d’eau sera l’un des cinquante monuments dans le monde illuminés en orange et en violet, samedi soir prochain (ndlr: le 30 janvier), à l’occasion de la Journée mondiale contre les maladies négligées. Celles-ci – telles que la malaria, l’hépatite C, la maladie du sommeil ou encore l’eumycétome – affectent gravement la santé de 1,7 milliard d’êtres humains sur la planète, particulièrement en Afrique. «Elles tuent, défigurent, handicapent et brisent des vies, explique le Canton, dans un communiqué publié ce jeudi. Il n’existe le plus souvent ni traitements ni vaccins adéquats, car elles frappent les populations les plus démunies et se trouvent ainsi délaissées par la recherche pharmaceutique.»

L’État de Genève soutient plusieurs projets pour améliorer l’accès aux soins dans les pays en développement, ainsi que l’initiative Médicaments contre les maladies négligées (DNDi), basée au bout du lac. Créée par Médecins sans frontières et l’Institut Pasteur, cette fondation a notamment permis depuis quinze ans de développer des médicaments révolutionnaires pour des maladies négligées. «Mais nous avons toujours un besoin urgent de traitements adaptés et abordables (…) pour les millions de patients négligés à travers le monde», relève le Dr Bernard Pécoul, directeur exécutif de la DNDi. La campagne mondiale pour cette cause est notamment soutenue par les actrices Scarlett Johansson et Sharon Stone, ainsi que la chanteuse Avril Lavigne.

Des aides multiples de l’État

Partenaires de longue date, le Canton et la DNDi collaborent actuellement sur un nouveau traitement du mycétome fongique (une infection qui associe un champignon et une bactérie), au Soudan. La participation étatique à ce projet est de 600’000 fr. pour la période 2019-2021 (soit 200’000 fr. par année). Par ailleurs, Genève a alloué 50’000 fr. à la Covid-19 Research Coalition, créée pour accélérer la recherche sur la prévention et le traitement du virus dans les pays à revenu faible et intermédiaire. L’an passé, le Canton a octroyé 7,3 millions à divers projets d’aide humanitaire et au développement, dans les domaines de la santé, de la protection des droits humains, de l’éducation ou encore de l’environnement.

Ton opinion

20 commentaires