Actualisé 03.09.2019 à 14:19

NeuchâtelJeter un chewing-gum par terre coûtera bonbon

Le gouvernement neuchâtelois demande au parquet de mettre en place des amendes contre les déchets sauvages.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

Le Canton de Neuchâtel veut mieux lutter contre les déchets sauvages, phénomène connu sous l'appellation de littering. Le Conseil d'Etat a demandé au Ministère public d'introduire une amende cantonale de 100 francs.

La compétence d'infliger une amende serait donnée aux agents de sécurité communaux et nouvellement aux agents nature cantonaux, a fait savoir mardi la Chancellerie d'Etat. L'objectif consiste à préserver l'environnement au sens large, précise le communiqué. La mesure constitue une réponse à un postulat voté par le Grand Conseil.

Depuis 2016, le Conseil d'Etat dit mener son action de lutte contre le littering sur plusieurs axes: sensibilisation et information du public, éducation de la jeunesse et au besoin application de sanctions. L'incitation à l'usage de matériaux réutilisables, dans les manifestations publiques notamment, est venue compléter la stratégie.

Pour mémoire, le phénomène du littering concerne les villes, la campagne et la nature. Il constitue un problème lié au comportement de certains individus et demande une réponse à plusieurs niveaux, relève le gouvernement, qui rappelle que les tâches de salubrité publique sont d'abord communales.

Ailleurs aussi

D'autres Cantons agissent dans le domaine. Le Canton de Fribourg a mis en consultation début juillet un nouveau règlement sur la gestion des déchets. Ce dernier prévoit de lutter contre le littering via des amendes d'ordre pour tout déchet jeté dans l'espace public ou à proximité.

Il est question de 50 francs pour un mégot, un chewing-gum ou une canette, et de 150 francs pour un ensemble de petits déchets (restes de repas, emballages) d'un volume total allant jusqu'à dix-sept litres. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!