Réfugiés ukrainiens : «J’ignore ce qui va se passer, ou quand la guerre s’arrêtera, mais on rentre»

Publié

Réfugiés ukrainiens «J’ignore ce qui va se passer, ou quand la guerre s’arrêtera, mais on rentre»

Après plusieurs mois d’exil, les passagers du train de nuit reliant Chelm à Kiev ont tous en commun d’avoir choisi le chemin du retour, malgré les bombes et l’incertitude. 

Au niveau national, sur les 7,3 millions de réfugiés qui ont quitté l’Ukraine depuis le début de l’invasion, 2,3 millions sont d’ores et déjà rentrés.

Au niveau national, sur les 7,3 millions de réfugiés qui ont quitté l’Ukraine depuis le début de l’invasion, 2,3 millions sont d’ores et déjà rentrés.

AFP

Lorsque le train s’immobilise peu après la frontière polonaise, le visage rond de Tatiana s’illumine d’un grand sourire. «Ukraine!». Retour au pays, après quatre mois d’exil. Comme tous les passagers du train reliant Chelm (Pologne) à Kiev, Tatiana et sa mère Valentina ont décidé qu’il était temps, en dépit de la guerre et des incertitudes. Advienne que pourra. Originaires de Kryvy Rig, dans le centre du pays, les deux femmes ont fui l’Ukraine dès le début de l’invasion russe le 24 février, pour rejoindre une famille amie vivant à Izmir, en Turquie.

Commerciale dans une entreprise de marketing, Tatiana, qui travaillait auparavant à Kiev, a poursuivi son activité sans problème en télétravail, depuis la Turquie. «Mais quatre mois, ça suffit. Ce n’est pas facile de vivre dans un pays dont tu ne connais rien, dont tu ne parles pas la langue», explique la jeune femme qui ne donne pas son nom de famille. «Je ne sais pas ce qui va se passer, ni quand la guerre s’arrêtera, mais on rentre».

Dans le train couchette, beaucoup de femmes et d’enfants. Quelques hommes aussi, comme un trentenaire silencieux qui passe de longs moments à contempler, debout dans le couloir, les paysages verts de l’Ukraine qui défilent doucement devant la fenêtre.

Vidéo: «En tant que tireur d’élite, j’aurais dû tuer des Russes»

«S’ils ne sont pas morts»

Maxime, lui, va dans le Donbass, la région minière de l’est du pays dont les Russes veulent prendre le contrôle total, et où la guerre fait rage sans répit. Les bombardements y sont incessants et les forces russes gagnent du terrain, lentement mais sûrement, au prix de nombreuses vies et de destructions massives. «J’ai pas mal de gens à revoir là-bas. S’ils ne sont pas morts», dit simplement cet homme, qui revient après deux mois d’absence.

Qu’importent les longues heures d’attente et le train immobilisé à la frontière côté polonais, puis côté ukrainien. Personne ne manifeste la moindre impatience. Chacun sait que le voyage va durer plus de 15 heures. Tous ces voyageurs sont reliés par un lien subtil, impalpable. Quelles que soient leur histoire personnelle et leurs raisons, sur lesquelles ils ne souhaitent généralement pas s’étendre, ils ont en commun de revenir.

Vidéo: «Ils n’ont pas besoin de notre pitié, mais d’une perspective.»

Vie normale 

La contrôleuse blonde, autoritaire mais sympathique, passe prendre les commandes de thé ou d’eau et vérifier que tout le monde est bien installé. À l’approche de Kiev au matin, la même ambiance calme imprègne le train, mais les yeux brillent davantage et une sorte de solennité s’installe. Le débonnaire chef de compartiment, qui voyageait en short et en tongs, a revêtu chemise blanche et uniforme. Les voyageurs rangent sagement leurs couchettes, vident leurs poubelles.

Le train entre en gare. Tatiana a toujours son grand sourire et prie ses compagnons de voyage de «faire attention» à eux. Le chef de wagon débarque les valises, prend la main des passagers pour les aider à descendre sur le quai, où les maris, les pères et les frères attendent leur famille, bouquets de fleurs en main. La capitale ukrainienne a retrouvé une vie à peu près «normale» depuis le retrait de la région de Kiev des troupes russes en avril. Selon les derniers chiffres disponibles, près des deux tiers des 3,5 millions d’habitants de la capitale sont déjà revenus.

Au niveau national, sur les 7,3 millions de réfugiés qui ont quitté l’Ukraine depuis le début de l’invasion, 2,3 millions sont d’ores et déjà rentrés, selon les données du Haut-Commissariat pour les Réfugiés de l’ONU datant du 9 juin. Toutefois, pour la première fois le 23 juin, selon les chiffres des gardes-frontière ukrainiens, le nombre de personnes quittant le pays par les frontières occidentales (45’000) a dépassé le nombre d’entrées (40’000), marquant un inversement de la tendance au retour qui avait été observée depuis la mi-mai.

(AFP)

Ton opinion

185 commentaires