George Sear incarne un être humain attiré par un autre être humain
Publié

George Sear«J’incarne un être humain attiré par un autre être humain»

Le comédien britannique est à voir dans la saison 2 de «Love, Victor», qui met en scène deux adolescents amoureux.

par
Miguel Cid, Londres
Le comédien a obtenu son premier rôle en 2014 dans la série britannique «Les Chroniques d’Evermoor».

Le comédien a obtenu son premier rôle en 2014 dans la série britannique «Les Chroniques d’Evermoor».

Facebook

George Sear est de retour dans la deuxième saison de la sitcom à succès «Love, Victor» sur Disney+. L’acteur britannique de 23 ans y incarne le petit ami du héros, joué par Michael Cimino, au lycée de Creekwood. Comme son partenaire à l’écran, il se définit comme hétéro dans la vie.

Michael Cimino s’est inspiré de son cousin gay pour incarner Victor. Et vous pour jouer Benji?

Je n’ai pas fait comme lui, J’ai développé mon personnage à ma façon. J’ai d’abord composé une chanson dans la peau de Benji, que j’ai d’ailleurs présentée lors de mon audition pour le rôle. Je crois que cela m’a aidé à entrer dans sa tête parce qu’il s’exprime à travers la musique. Ensuite, Michael et moi avons bossé ensemble pour développer la dynamique des personnages et l’alchimie entre nous.

Où vous situez-vous dans le débat sur la nécessité de confier un personnage gay à un acteur gay?

Je n’ai pas envie de débattre sur les différentes opinions de chacun. À mes yeux, j’incarne un être humain attiré par un autre être humain et je m’appuie sur cette connexion pour jouer le rôle. Je suis vraiment honoré de jouer ce personnage et je veux rendre justice à l’incroyable talent des scénaristes.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus chez Benji et quel aspect du personnage est le plus compliqué?

J’adore le fait qu’il a beaucoup d’assurance pour son âge. Je pense que cela découle de ses propres difficultés, que l’on découvre au fil de cette deuxième saison. Je partage avec lui sa passion de la musique. Le plus dur a été de trouver le bon accent, mais sinon, jouer Benji m’est venu assez naturellement. J’ai l’impression d’avoir bien compris qui il est.

Le slogan de cette deuxième saison est «Aie moins peur». Quand vous êtes-vous senti courageux dans votre vie?

La première fois que je suis monté sur scène a été assez effrayante. Mais une fois que j’ai surmonté ce trac, pris mon pied et observé la réaction des gens, je me suis senti pousser des ailes. Surmonter ses peurs pour faire ce qu’on aime nous donne une force incroyable.

Comment s’est déroulé le tournage pendant la pandémie?

Au départ, je m’inquiétais avec toutes ces règles et tous ces protocoles sanitaires. On devait porter masque et visière, respecter la distance sociale et se gargariser avec un bain de bouche après chaque prise où l’on s’embrassait. Mais cela nous a tous rapprochés parce qu’on formait une bulle et ce système repose sur la confiance. On se faisait tester trois fois par semaine. Je suis reconnaissant d’avoir pu faire le boulot que j’aime pendant cinq mois au milieu d’une année dingue.

Ton opinion

12 commentaires