JO 2008: report du procès de Robert Ménard
Actualisé

JO 2008: report du procès de Robert Ménard

Le procès en Grèce du secrétaire général de Reporters sans Frontières (RSF) Robert Ménard, poursuivi pour avoir perturbé la cérémonie d'allumage de la flamme des JO de Pékin, en mars dernier à Olympie, a été reporté jeudi.

L'audience aura lieu le 18 septembre prochain.

La cour de première instance de Pyrgos, dans le Péloponnèse, a reporté l'audience en raison d'une grève des employés du greffe, a précisé l'avocate grecque de M. Ménard, Me Sophia Stavropoulou.

«Nous sommes déçus. Nous espérions pouvoir nous expliquer et répéter que notre geste ne constituait pas une injure envers quiconque mais une mise en cause du régime chinois et des lâchetés du comité international olympique», a réagi M. Ménard.

«Que nous soyons obligés de venir jusqu'ici» pour faire face à un report «est un peu désinvolte», a-t-il ajouté. L'avocat français des militants, Jean Martin, a pour sa part déploré l'ajournement. L'enjeu du procès est selon lui «considérable» puisqu'il s'agit de répondre à la question de la liberté d'expression.

Provocation envers Pékin

Aux côtés de deux autres permanents du mouvement, également présents à Pyrgos, le patron de RSF est poursuivi pour «injure non précédée de provocation».

Durant la cérémonie d'allumage, le 24 mars, les trois hommes avaient tenté de s'approcher de la tribune pendant le discours du responsable chinois du Comité d'organisation des Jeux, Qi Liu. L'un d'eux avait eu le temps de déployer une banderole montrant les cinq anneaux olympiques sous formes de menottes, avant d'être expulsé manu militari.

Cette action sur fond de répression chinoise au Tibet avait donné le coup d'envoi d'une série de manifestations contre le régime chinois sur le parcours de la flamme, notamment à Londres, Paris et San Francisco, transformant cette course-relais en calvaire pour Pékin.

Maintenir la pression

A son arrivée à Athènes, mercredi, Robert Ménard avait indiqué que son mouvement entendait «maintenir la pression» sur la Chine malgré le séisme survenu dans le pays et l'ouverture qui a suivi en matière de liberté d'information.

Le prochain rendez-vous de la campagne menée par RSF sera le 4 juin, à l'occasion du 19e anniversaire du massacre de la place Tiananmen de Pékin.

(ats)

Ton opinion