Actualisé 25.07.2008 à 07:31

JO: des missiles sol-air à côté du stade olympique

«C'est quoi ça?» Surprise et intriguée, Mme Ji Xiu désigne les missiles déployés non loin du Stade olympique de Pékin, tout près d'une station de bus.

Cette retraitée de 55 ans est venue de l'autre bout de la ville. Accompagnée de son mari, elle a profité de la nouvelle ligne de bus, la 6, «ouverte 24 heures sur 24», pour se promener dans le quartier olympique de Pékin.

«Ici je ne connais pas trop, mais j'avais déjà vu le 'Nid d'oiseau' et le 'Cube d'eau'», explique-t-elle. Elle désigne par leurs surnoms le Stade olympique et le Centre aquatique.

Photos

Les passants ne manquent pas de s'arrêter pour se faire prendre en photo avec en fond les batteries de missiles sol-air et les radars. Une partie d'entre eux sont dissimulés sous des filets de camouflage.

Pour les journalistes étrangers, c'est également l'une des rares occasions de venir filmer ou photographier du matériel militaire chinois sans être inquiétés.

Xue Honglei, un étudiant de 22 ans est venu de la province centrale du Henan avec sa copine pour découvrir le «Nid d'oiseau» et le «Cube d'eau». Il juge le déploiement des missiles «indispensable».

Terroristes

«C'est pour éviter les attaques terroristes», dit-il après avoir pris une photo souvenir. «C'est une condition pour que les jeux Olympiques soient réussis, car 'la forêt est grande, il y a toute sorte d'oiseaux': S'il y a des gens bons, il y a en a aussi de mauvais», poursuit-il. Selon l'étudiant, «dans les autres pays c'est pareil».

Derrière les grillages, des soldats ont les yeux rivés à d'énormes jumelles fixées sur des supports. «Zone administrative militaire, Interdit d'entrer», préviennent des panneaux. A l'entrée principale, un autre recommande aux éventuels téméraires, de «ne pas déranger les gardes».

Impassibles

Ils sont deux, immobiles et impassibles, à se regarder en chien de faïence, l'un porte une arme équipée d'une baïonnette. A l'intérieur, une autre recommandation: «Défense absolue d'allumer du feu».

Seuls les parasols multicolores qui, aux quatre coins du terrain, protègent les soldats de garde du soleil donnent un air de vacances à ce paysage de guerre. Sur les préfabriqués où logent les militaires ont été mis deux slogans des JO: «Construire un nouveau Pékin, participer à de nouveaux jeux Olympiques».

Choquer

Les autorités reconnaissent que ce genre de dispositif peut choquer. «Quand ces installations de défense anti-aérienne ont commencé à apparaître à Pékin, les Pékinois ont été très étonnés, mais nous pensons que c'est indispensable et en plus c'est une pratique habituelle des jeux Olympiques», a assuré Liu Shaowu, directeur de la sécurité des jeux Olympiques.

Les autorités chinoises ne cessent de mettre en garde contre une menace terroriste, provenant notamment des groupes islamistes du Xinjiang. Selon M. Liu, 110 000 personnes participent aux opérations de sécurité pour les jeux Olympiques. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!