JO: menace contre des avions d'Air China liée aux JO
Actualisé

JO: menace contre des avions d'Air China liée aux JO

Air China au Japon a reçu un e-mail menaçant de faire exploser un de ses avions et de précipiter des appareils sur le site des Jeux Olympiques de Pékin.

Deux appareils de la compagnie chinoise ont été soumis à des vérifications à l'aéroport de Narita.

«Nous demandons à Air China de suspendre immédiatement tous ses vols, sinon nous ferons exploser ses appareils», indique le message en japonais reçu sur le site internet de la compagnie. «Nous allons précipiter des avions sur le site des jeux Olympiques», ajoute l'auteur de la menace.

Un porte-parole de la police à l'aéroport de Narita a précisé que le message avait été découvert à 12 h 50 (5 h 50 en Suisse).

A Nagoya, plus à l'ouest, un Boeing 737 d'Air China a été contraint de revenir se poser à la suite de l'alerte à la bombe. L'appareil assurait le vol 406 entre Nagoya et la ville de Chongqing (sud-ouest de la Chine), via Shanghai.

«Personne n'a été blessé», a déclaré au téléphone une porte- parole de l'aéroport international de Nagoya. «Une fois que la sécurité de l'appareil aura été vérifiée, il pourra bientôt redécoller», a-t-elle ajouté.

Cinq vols suspendus

Un responsable au ministère japonais des Transports a reconnu que le message reçu par la compagnie était lié aux JO, mais n'a pas pu confirmer la menace de faire chuter des avions sur le site olympique.

«Air China a reçu un e-mail affirmant qu'une bombe allait exploser si Air China ne suspendait pas tous ses vols», a dit Toshiro Tachimoto. «Cinq vols au total à destination de la Chine, dont le vol 406, ont été suspendus», a-t-il ajouté.

Aucun responsable d'Air China à Tokyo et Pékin n'a pu être joint dans l'immédiat.

La Chine a prévu une spectaculaire cérémonie d'ouverture des JO vendredi soir à Pékin au stade national, le fameux «Nid d'oiseau», placé sous haute sécurité.

L'aéroport de Pékin doit suspendre ses activités juste avant la cérémonie fixée à 20 h 08 (14 h 08 en Suisse), en présence de dirigeants étrangers dont le président américain George W. Bush. (ats)

Ton opinion