Football - Angleterre: Joe Hart, ou la fin espérée d'un cauchemar
Actualisé

Football - AngleterreJoe Hart, ou la fin espérée d'un cauchemar

Avec Joe Hart, l'Angleterre espère avoir enfin trouvé un gardien digne de ses ambitions.

L'avènement du dernier rempart de Manchester City doit mettre fin à des décennies d'une quête douloureuse qui, de gaffes en bévues, avait fini par tourner au cauchemar.

Dernier anti-héros en date, Robert Green, qui en commettant une monumentale bourde lors du premier match de la Coupe du monde contre les Etats-Unis (1-1), avait écrit l'une des pages les plus pathétiques d'un feuilleton alimenté avec constance par David «Calamity» James, Scott Carson ou encore Paul Robinson. Mais avec Joe Hart, l'histoire est peut-être en train de toucher à sa fin.

Si les grosses performances réussies depuis le début de la saison en club comme en sélection se confirment, Fabio Capello a mis la main sur la perle rare. Hart est jeune (23 ans), plutôt grand (1,91 m), pourvu d'excellents réflexes, d'un indéniable courage physique et d'un caractère suffisamment trempé pour résister à l'énorme pression qui pèse sur ses épaules.

Déjà bon en match amical en août contre la Hongrie (victoire 2- 1), il avait sorti un très gros match à Wembley en qualifications pour l'Euro 2012 face à la Bulgarie (4-0). Ce soir-là, il était devenu la figure de proue de la nouvelle génération des Adam Johnson, Theo Walcott, Jack Wilshere et Kieran Gibbs, autant de joueurs qui devraient avoir l'occasion de s'affirmer mercredi à Wembley contre la France, en l'absence de nombreux tauliers (Lampard, Terry, Rooney...).

En vue à Birmingham

Le quotidien «The Guardian» n'en doute pas, Hart est «le plus grand espoir que l'Angleterre ait connu à son poste depuis 30 ans», c'est-à-dire depuis le règne de l'inamovible titulaire de Liverpool et des Trois Lions Ray Clemence.

Pourtant, il y a à peine 18 mois, personne n'aurait parié sur l'émergence de ce jeune homme, resté à l'écart des filières de formation habituelles et acheté par Manchester City il y a quatre ans au très modeste club de Shrewsbury Town.

En concurrence avec l'expérimenté Shay Given, Hart avait été prêté à Birmingham pour la saison 2009-2010. C'est là qu'il s'est fait remarquer, contribuant au maintien du club en Premier League. De retour à City, il s'est naturellement imposé aux dépens de l'Irlandais, qu'on dit du coup en partance au mercato d'hiver.

Depuis sa démonstration contre les Bulgares, le gardien n'a certes pas réussi que des performances sans tâche. Avec la sélection, il a relâché un ou deux ballons contre la Suisse (victoire 3-1), sans conséquence, et avec Manchester City, une mésentente avec le défenseur Kolo Touré a débouché sur un but parfaitement évitable à domicile face à Blackburn.

Mais son comportement a été globalement rassurant et si l'Angleterre n'est pas en tête de son groupe, elle le doit à l'inefficacité de ses attaquants face au Monténégro (0-0) et pas à son dernier défenseur. De même, si les «Citizens» sont loin d'être toujours convaincants, Hart n'a encaissé que dix buts en treize matches de Premier League, soit le deuxième plus petit total derrière le gardien de Chelsea Petr Cech.

(ats)

Ton opinion