Actualisé 21.05.2019 à 07:24

Saint-Gall

Joggeuse «sous le choc» après l'attaque d'une buse

Une femme a été prise pour cible par un oiseau de proie. Un incident pas si rare, soulignent les experts.

de
maw/jbm
Entre mai et juillet, les volatiles peuvent se montrer agressifs.

Entre mai et juillet, les volatiles peuvent se montrer agressifs.

iStock

«Tout s'est passé très vite. Je savais qu'il fallait que je me cache ou m'abrite dans un buisson pour lui échapper», raconte Gabi Steiner dans le journal «Linth-­Zeitung». Cette femme a été attaquée par une buse alors qu'elle faisait son jogging sur une route de campagne, près de Rapperswil-­Jona.

Elle a d'abord entendu un bruit, puis a senti qu'une buse volait au-dessus d'elle. Le rapace a frôlé sa tête et fait volte-face avant de piquer sur la sportive. Après avoir tenté de chasser le volatile, Gabi Steiner a sauté dans un buisson pour se protéger, se blessant légèrement. Un automobiliste qui passait est intervenu et l'a évacuée de la zone.

Après cette mésaventure, la jeune femme, «choquée», a raconté son expérience sur les réseaux et lancé un appel à la prudence.

Plusieurs précédents

L'épisode n'est pas unique. Une douzaine d'attaques d'oiseaux sont recensées en Suisse chaque année. L'an passé, plusieurs faits ont été rapportés dans le canton du Jura et dans le Nord vaudois. Deux coureurs ont notamment été blessés à la tête par les serres d'oiseaux de proie.

Selon la station ornithologique de Sempach (LU), ces attaques ont lieu de mai à juillet, au moment où les oiseaux élèvent leurs petits. En Suisse, on compte plus de 20'000 couples de buses. «Si un joggeur passe à proximité, il est vu comme un danger», soulignent les spécialistes. Les bêtes n'attaquent pas si elles croisent le regard de leur cible. Aussi, peindre des yeux sur l'arrière de sa casquette peut prévenir les attaques.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!