Yemen: John Kerry espère une nouvelle trêve
Actualisé

YemenJohn Kerry espère une nouvelle trêve

En visite en Arabie saoudite, le chef de la diplomatie américaine se donne deux semaines.

1 / 150
Keystone
La coalition menée par l'Arabie saoudite a visé lundi des sites de missiles balistiques et de drones de rebelles houthis à Sanaa. (30 mars 2020)

La coalition menée par l'Arabie saoudite a visé lundi des sites de missiles balistiques et de drones de rebelles houthis à Sanaa. (30 mars 2020)

AFP
La guerre au Yémen a un «impact dévastateur» sur la santé mentale des enfants, selon l'ONG Save the Children. (23 mars 2020)

La guerre au Yémen a un «impact dévastateur» sur la santé mentale des enfants, selon l'ONG Save the Children. (23 mars 2020)

AFP

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, en visite en Arabie saoudite, a espéré dimanche pouvoir parvenir à une nouvelle trêve au Yémen dans deux semaines. Il va travailler avec la Grande-Bretagne, les Emirats arabes unis et le royaume saoudien pour y parvenir.

Ce cessez-le-feu serait la huitième tentative de faire taire les armes dans ce conflit, qui a fait plus de 7000 morts depuis mars 2015, selon une estimation de l'ONU.

Depuis cette date, l'Arabie saoudite intervient à la tête d'une coalition militaire arabe pour soutenir les forces du gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi et enrayer la progression des rebelles chiites Houthis, qui ont conquis la capitale yéménite Sanaa et occupent de vastes territoires.

Feuille de route

Le groupe quadripartite chargé du Yémen «espère qu'il sera possible dans deux semaines de parvenir» à une trêve des combats, a déclaré M. Kerry lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue saoudien Adel al-Jubeir. «L'incapacité à obtenir une cessation durable est troublante pour nous tous», a-t-il ajouté.

Le groupe quadripartite, qui s'est réuni aussi avec le ministre omanais des affaires étrangères et le médiateur des Nations unies pour le Yémen, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, a réaffirmé les propositions faites en octobre dans «la feuille de route» de l'ONU.

Selon des sources politiques, la feuille de route prévoit la nomination d'un vice-président après le retrait des rebelles de Sanaa et d'autres territoires ainsi que la remise des armes lourdes à une tierce partie. En retour, M. Hadi devrait remettre le pouvoir au vice-président, qui chargerait un premier ministre de former un gouvernement d'union nationale. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion