Pourparlers de paix: John Kerry espère y voir «clair» dans 24 heures
Actualisé

Pourparlers de paixJohn Kerry espère y voir «clair» dans 24 heures

Le chef de la diplomatie américaine compte sur les discussions entre le régime et l'opposition ainsi que celles du Groupe international de soutien à la Syrie.

John Kerry est actuellement en visite au Laos.

John Kerry est actuellement en visite au Laos.

photo: Reuters/Archives

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a dit lundi qu'il espérait y voir «clair» dans un ou deux jours quant aux modalités des pourparlers de paix sur la Syrie entre le régime et l'opposition prévus cette semaine à Genève.

L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura doit tenir une conférence de presse à ce sujet dans l'après-midi.

Réunion de vingt pays

En visite à Vientiane, le chef de la diplomatie américaine a également dit compter sur une prochaine réunion des vingt pays et organisations internationales - rassemblés dans le Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), selon le processus diplomatique dit de Vienne - programmée «provisoirement le 11 février».

«Nous aurons cette réunion (inter-syrienne), ils vont démarrer (...). Nous y verrons clair, je l'espère d'ici 24 heures, quelque chose comme ça, dans les 48 heures, très bientôt», a dit John Kerry, en visite dans la capitale laotienne, aux journalistes qui l'accompagnent.

Multiples consultations

Le patron de la diplomatie américaine a expliqué qu'il multipliait les consultations ces dernières heures avec ses homologues français, turc, russe et saoudien et avec l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura, pour «être sûr que tout le monde est sur la même ligne».

L'incertitude demeure sur la date du début de ces négociations indirectes prévues sous l'égide de l'ONU entre le régime syrien et l'opposition. Prévues initialement ce lundi à Genève, elles seront probablement retardées de quelques jours, compte tenu de désaccords liés à la délégation de l'opposition.

«Les discussions vont avoir lieu bientôt, je l'espère. Je dis, je l'espère, je l'espère», a insisté John Kerry, soulignant qu'il revenait à «Staffan de Mistura de prendre les décisions», notamment pour envoyer les invitations aux groupes d'opposition de l'opposition syrienne.

Feuille de route

La semaine dernière à Davos, le ministre américain avait indiqué que la prochaine réunion du Groupe international de soutien à la Syrie - rassemblant entre autres les Etats-Unis, la Russie, l'Arabie saoudite et l'Iran - se tiendrait «immédiatement après» les pourparlers inter syriens à Genève.

Ce Groupe s'est réuni à trois reprises fin 2015 à Vienne et à New York. Il a accouché d'une feuille de route de sortie de crise pour la Syrie, notamment avec un cessez-le-feu, des élections et une Constitution. Ce document a été validé par le Conseil de sécurité de l'ONU le 18 décembre, mais laisse en suspens le sort du président syrien Bachar el-Assad. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion