Actualisé

GenèveJoli succès pour un tournoi de football antiraciste

Plus de 200 personnes, dont des migrants et des sans-papiers, ont participé au tournoi sportif organisé afin de dénoncer les conditions de l'asile en Suisse.

L'objectif du tournoi était aussi de dénoncer les conditions d'accueil des migrants.

L'objectif du tournoi était aussi de dénoncer les conditions d'accueil des migrants.

Keystone

Le premier tournoi genevois de football antiraciste qui s'est déroulé samedi à Vernier (GE), en pleine Coupe du monde, a rencontré un franc succès. Les organisatrices Julie et Géraldine ont été surprises de l'engouement suscité par leur initiative.

Atmosphère bon enfant

«Nous avions prévu seize équipes, mais finalement nous avons dû en intégrer vingt car les inscriptions ont afflué», ont-elles expliqué. Au total, plus de 200 participants et participantes ont tapé dans le ballon, dans une atmosphère joyeuse et bon enfant.

Certains étaient des réfugiés ou des demandeurs d'asile, mais de loin pas tous.

Les maillots, les bas et les ballons ont été fournis par les clubs d'Etoile Carouge et du FC Lancy. «Nous avons lancé un appel et les deux formations se sont spontanément proposées et nous ont tout donné», se sont enthousiasmées Julie et Géraldine, qui portaient fièrement une tunique carougeoise blanche.

La compétition n'était pas la première motivation des joueurs et des joueuses. «Quand une équipe plus forte rencontrait une formation plus faible, elle adaptait son niveau de jeu pour gommer la différence», ont constaté les deux organisatrices. En revanche, lors des rencontres équilibrées, le sport reprenait quand même le dessus.

Parler politique

Ce premier tournoi de football antiraciste avait aussi une finalité politique. L'objectif du collectif qui a mis sur pied la manifestation est de dénoncer les conditions d'accueil des migrants et de réclamer plus d'humanité à leur égard. Il est également de s'opposer à l'installation de centres fédéraux de renvoi.

Cette dernière question a failli conduire à l'annulation du tournoi. Au départ, il était prévu de le faire au Grand-Saconnex, la commune qui doit accueillir un centre de renvoi. Les autorités étaient d'accord de mettre à disposition leurs installations sportives, à condition, toutefois, que le sujet du centre ne soit pas abordé.

Une injonction que le collectif pour le tournoi antiraciste n'a pas acceptée. Il s'est donc mis fébrilement à la recherche d'un autre terrain. «Nous avons demandé à de nombreuses communes, mais les installations étaient pour la plupart occupées», ont noté Julie et Géraldine. Finalement, Vernier leur a ouvert ses portes.

Les participants au tournoi pouvaient manger des plats exotiques et boire aux stands qui avaient été dressés au bord des pelouses. Aucun prix n'était affiché, chacun donnait ce qu'il voulait. Au total, environ 80 bénévoles ont aidé à l'organisation. Julie et Géraldine espèrent que la manifestation sera reconduite en 2019. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!