OGM: José Bové condamné à une peine de 200 jours-amende
Actualisé

OGMJosé Bové condamné à une peine de 200 jours-amende

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a condamné mercredi José Bové à une peine de 200 jours-amende de 60 euros pour une opération anti-OGM (organismes génétiquement modifiés) menée en Gironde il y a deux ans.

Cette action lui avait déjà valu une trentaine d'heures en garde à vue.

Le 4 novembre 2006, 150 «faucheurs volontaires» conduits par l'ancien porte-parole de la Confédération paysanne avaient versé un mélange d'eau et de brou de noix dans un silo à Lugos, rendant impropre à la consommation 2320 tonnes de maïs transgénique.

Lors d'une audience au mois d'août, le procureur de la République Jérôme Bourrier avait réclamé à son encontre une peine de huit mois de prison ferme et quatre ans de privation de droits civiques.

La présidente du tribunal de Bordeaux a indiqué mardi à José Bové qu'il pouvait «soit de payer au terme de la période 200 fois 60 euros soit de faire un jour de prison par jour-amende non payé».

Onze autres militants ayant participé à l'action ont été condamnés à des peines de trois mois de prison avec sursis. Le ministère public avait requis contre eux de la prison avec sursis pour une durée de quatre à six mois.

Marc Giblet, l'exploitant agricole chez qui avait été menée l'opération et qui avait tiré un coup de fusil sur les manifestants, a été condamné à une peine de 160 jours-amende de 60 euros. Dix mois de prison avec sursis avaient été requis contre lui à l'audience.

(ats)

Ton opinion