José Bové ne sait toujours pas s'il sera candidat
Actualisé

José Bové ne sait toujours pas s'il sera candidat

PARIS - José Bové a annoncé vendredi après-midi devant le Conseil constitutionnel qu'il pensait pouvoir être candidat à l'élection présidentielle, mais qu'il n'en était toujours pas sûr et qu'il faudrait attendre lundi après-midi pour en avoir la certitude.

«Malheureusement, à l'heure où nous sommes, nous ne sommes pas capables à trois, quatre, cinq parrainages près de savoir si je pourrai être candidat à la présidentielle», a-t-il déclaré.

Le Conseil constitutionnel rendra public la liste des candidats à l'élection présidentielle lundi à 17h30. «Notre compte à nous est bon. On pense qu'il est bon, mais c'est le Conseil constitutionnel qui nous le dira lundi soir», a-t-il ajouté.

Il a remercié l'ensemble des militants qui «ont parcouru toute la France depuis le 1er février (NDLR: le jour où il a annoncé sa candidature) pour recueillir les parrainages», ainsi que les élus qui lui ont apporté leurs signatures. «Ils l'ont fait par esprit civique malgré toutes les pressions des partis politiques contre ma candidature», a-t-il affirmé.

«Le slogan aujourd'hui de ces grands partis politiques, c'est tous unis contre Bové parce qu'on n'a pas envie qu'un candidat qui ne fasse pas partie de l'aréopage des partis politiques puisse se présenter aux présidentielles», a-t-il poursuivi.

«Nous sommes en train de réussir ce pari d'une candidature collective réunissant des femmes et des hommes de différents courants politiques, syndicaux, associatifs, des personnes qui ne s'étaient jamais engagées en politique et qui ont décidé de se réapproprier le discours politique, et de combattre dans les urnes contre l'injustice», a-t-il également souligné.

«C'est donc déjà un formidable succès d'avoir réussi cela malgré tous les appels venant de l'ensemble des grands partis politiques pour que je ne puisse pas me présenter», a-t-il ajouté.

José Bové a dit avoir apporté cent parrainages de plus vendredi après-midi, alors que selon un de ses collaborateurs s'exprimant sous couvert d'anonymat, il aurait déjà déposé 460 parrainages au Conseil constitutionnel avant vendredi après-midi.

José Bové a également dit qu'il comptait sur des parrainages provenant d'outre-mer, compte tenu du décalage horaire avec la métropole qui permettait encore à 18h l'arrivée de nouvelles signatures.

Il a refusé de dire ce qu'il ferait s'il n'était finalement pas candidat. «Pour l'instant, je n'envisage pas de ne pas être candidat», a-t-il observé, en reconnaissant toutefois que «ça va se jouer à quelques unités».

Il a également confié que des parrainages étaient arrivés jusqu'au dernier moment dans les gares parisiennes et les aéroports, apportés par des militants. (ap)

Ton opinion