José Bové se lance dans la course à la présidence
Actualisé

José Bové se lance dans la course à la présidence

José Bové entend «redonner l'espoir d'une alternative à gauche» et être «le porte-voix des sans-voix». Il est le cinquième représentant de la gauche antilibérale à briguer les suffrages des Français.

«J'ai décidé d'accepter que mon nom incarne sur le bulletin de vote la volonté commune de battre la droite pour redonner l'espoir d'une alternative à gauche», a déclare le dirigeant altermondialiste.

«Il est temps de décréter l'insurrection électorale contre le libéralisme économique», a-t-il ajouté devant ses partisans réunis à la bourse du travail de Saint-Denis, dans la banlieue parisienne. José Bové a expliqué qu'il n'était pas le candidat d'un parti et que sa candidature était «une candidature collective».

«Nous voulons être les porte-voix des sans-voix, de ces millions de citoyennes et de citoyens qui souffrent de la précarisation sociale et des discriminations», a-t-il dit. Fort du soutien de plus de 32 000 pétitionnaires, le leader altermondialiste espère réunir sous sa bannière les déçus de la gauche de gouvernement et les électeurs tentés par l'abstentionnisme.

Il a choisi symboliquement d'annoncer sa candidature à Saint-Denis pour montrer que son programme, qui reprend les propositions des «collectifs antilibéraux», va au-delà de l'écologie et entend répondre à l'urgence sociale. (ats)

Ton opinion