Euro 2020: Jouer dans douze pays, une catastrophe écologique?
Actualisé

Euro 2020Jouer dans douze pays, une catastrophe écologique?

Cinquante et un matches dans douze pays et les milliers de kilomètres d'avion qui vont avec: l'Euro 2020 et son format inédit font redouter une explosion du bilan carbone du tournoi.

par
Sport-Center/AFP
Le Stade olympique de Bakou, c'est loin.

Le Stade olympique de Bakou, c'est loin.

Keystone

Dans ce format, aussi innovant qu'émetteur de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique, les distances interrogent: par exemple, le supporter polonais souhaitant voir tous les matches de sa sélection en juin devra, rien que sur la phase de groupes, parcourir au moins 6000 kilomètres en dix jours, de Pologne à Bilbao (Espagne) en passant par Dublin (Irlande).

Avec potentiellement par la suite un huitième de finale à Budapest (Hongrie) et un quart à... Bakou (Azerbaïdjan), à 4000 kilomètres de Londres, ville hôte des demies et de la finale. Quatre ans plus tôt pour l'Euro 2016, un aller-retour en France aurait suffi, assorti à des trajets en train durant le tournoi pour rallier les dix villes françaises organisatrices.

C'est encore pire pour la Suisse! Si la «Nati» finit deuxième de son groupe par exemple, la somme des voyages entre Zurich, Rome, Bakou et Amsterdam est de quelque 14'600 kilomètres en avion. «Cela relève d'un non-sens environnemental le plus total», s'insurge auprès de l'AFP Karima Delli, eurodéputée écologiste présidente de la Commission transports au Parlement européen. «On veut soi-disant montrer l'unité de l'Europe avec cette nouveauté, mais on oublie qu'il y a une urgence climatique.»

Cette «urgence», l'UEFA, organisatrice, martèle l'avoir prise en compte en promettant que l'Euro 2020 sera «le tournoi le plus respectueux de l'environnement» de son histoire.

Infrastructures et transports, secteurs pollueurs

L'instance européenne avance ses arguments. Premièrement, plusieurs grandes nations de football (Espagne, Angleterre, Pays-Bas, Italie, Allemagne), précisément celles dont les supporters sont «connus pour se déplacer par dizaines de milliers», joueront leurs trois matches de groupe à domicile et «cela réduira significativement les déplacements des supporters», fait savoir l'UEFA à l'AFP. Par ailleurs, «très peu d'infrastructures ont dû être construites» - un seul des douze stades (Budapest) a été érigé - évitant selon l'UEFA «un immense coût environnemental».

Ces lignes de défense sont-elles recevables? Pour Andrew Welfle, chercheur au Tyndall Centre for Climate Change Research de l'Université de Manchester, la construction est en effet, devant le transport, «le premier secteur pollueur» d'une grande compétition. L'Euro 2020 s'assure ainsi «un écart gigantesque» en termes d'émissions par rapport à d'autres tournois, comme le Mondial 2022 au Qatar, où toutes les enceintes seront montées - ou modernisées - pour l'occasion.

Quant aux émissions dues aux déplacements de spectateurs, «c'est ce qu'il y a de plus difficile à calculer. Les estimations se baseront sur beaucoup d'hypothèses, de suppositions... qui elles-mêmes seront plus ou moins réalistes», prolonge le chercheur, prudent face à cette nouveauté difficilement comparable à des éditions passées.

L'UEFA, elle, s'est risquée à cette estimation: selon ses hypothèses, 425'000 tonnes de CO2 seront émises par les supporters - et les équipes - dans leurs déplacements pendant l'intégralité de la compétition. Ce total s'élevait à 517'000 pour l'Euro 2016 pourtant disputé dans un seul pays, et à près d'1,5 million pour le Mondial 2018 organisé dans onze villes du tiers ouest de la Russie - avec toutefois 32 équipes, dont certaines venues d'autres continents, contre 24 pour l'Euro -, selon les rapports post-compétition des organisateurs.

Compensation

Pour accompagner ses promesses, l'UEFA s'est engagée à «compenser» ces 425'000 tonnes de carbone via des investissements dans des projets certifiés de réduction d'émissions, et a également annoncé son intention de planter 50'000 arbres dans chacun des pays hôtes, censé symboliser «l'héritage» environnemental du tournoi. Ce qui peine à convaincre. «Planter des arbres et s'en aller, ce n'est pas résoudre le problème. Au final, cela n'aura pas modifié la quantité d'émissions produites durant le tournoi», pointe Andrew Welfle.

Pour réduire l'empreinte écologique, l'UEFA fait valoir des mesures. En instaurant par exemple un «ticket combiné» qui offre la gratuité des transports en commun dans la ville organisatrice aux spectateurs munis de billets. En diminuant, aussi, le nombre de places de parking aux abords des stades pour «promouvoir les transports publics», insiste-t-elle. Et en «espérant faire mieux», en termes de recyclage, qu'à l'Euro 2016, où 38% des déchets produits dans les stades ont été recyclés selon l'UEFA.

Le modèle en question

Plus globalement, reste à trancher la question controversée de l'inflation des grandes compétitions sportives avec plus d'équipes, donc plus de matches et plus de pollution: l'Euro est passé de 16 à 24 équipes, la FIFA projette un Mondial à 48 sélections. «Il y a de nombreuses manières d'organiser différemment ces compétitions», insiste Andrew Welfle. «Pourquoi ne pas baser le choix du pays hôte sur la question du transport? Réduire le nombre de matches, laisser plus de temps aux spectateurs pour se rendre sur place?» demande le chercheur.

Le président de l'UEFA, Aleksander Ceferin, l'a reconnu en septembre dernier: le monde du football n'a «pas fait beaucoup pour l'environnement» jusque-là, et l'Euro 2020 va «beaucoup polluer». Depuis, l'organisation ne cesse de répéter que le format de son édition 2020 «ne sera probablement pas reconduit prochainement», insistant sur les «excellentes infrastructures» de transport dont dispose l'Allemagne, hôte de l'édition 2024. Le premier Euro véritablement écoresponsable?

Copenhague la verte face à ce «paradoxe»

Copenhague, désireuse d'atteindre la neutralité carbone en 2025, vit une situation «paradoxale» comme ville hôte de l'Euro 2020 mais promet d'y remédier par des efforts accrus et un rôle de vitrine des bonnes pratiques environnementales.

«Évidemment, quand vous invitez du monde, cela a un effet sur l'environnement et votre empreinte carbone, donc c'est forcément paradoxal mais on va tout faire pour limiter les inconvénients» environnementaux, assure à l'AFP le maire de Copenhague, le social-démocrate Frank Jensen, aux commandes de la ville depuis 2010.

Pour cela, la métropole danoise, désignée capitale verte européenne en 2014, assure avoir tout prévu: gobelets recyclés et nourriture bio dans la fan-zone, meilleure gestion des déchets, limitation du plastique à usage unique, usage de gourdes, accès facilité à l'eau du robinet...

L'organisation même de l'événement n'est pas contestée dans la capitale danoise, d'autant que l'équipe nationale va recevoir à domicile ses matches du groupe B contre la Finlande, la Belgique et la Russie. «Cela aurait peut-être été différent si l'équipe du Danemark n'avait pas été qualifiée, mais là, on ne voit rien à redire», confie un dirigeant d'une ONG environnementale. Dans le royaume nordique de 5 millions d'habitants, qui compte quelque 300'000 licenciés, le foot est fédérateur.

A Copenhague, pas besoin de bâtir quoi que ce soit pour accueillir joueurs et fans, la ville a déjà des infrastructures adaptées: un stade de 38'000 personnes et un métro flambant neuf. Cette absence de grands chantiers permet de réduire la facture énergétique et l'empreinte carbone de l'événement.

Ton opinion