Actualisé 01.12.2017 à 18:52

Foot - Mondial 2018«Jouer le Brésil d'entrée, c'est un rêve de gosse»

La sélection brésilienne était au centre des discussions de Vladimir Petkovic et ses joueurs après le tirage au sort.

Vladimir Petkovic (entraîneur de l'équipe de Suisse): «Je suis satisfait de ce tirage. Avec le Brésil, nous affronterons une équipe très forte qui est non seulement le favori du groupe mais également l'un des grands prétendants au titre. Rencontrer le Brésil lors du premier match n'est pas une mauvaise chose. Nous pouvons espérer que les Brésiliens ne seront pas, dès l'entame du tournoi, à 100% de leurs possibilités. Quant à nous, nous devrons jouer à 150% pour prendre un point ou plus lors de ce premier match. Nous voulons obtenir un résultat positif contre le Brésil!

Le Costa-Rica et la Serbie sont deux équipes de valeur, mais elles ne seront pas imbattables. Personne n'a oublié le parcours du Costa-Rica il y a quatre ans au Brésil avec cette place de quart de finale. Le Costa-Rica s'est qualifié aisément pour cette Coupe du monde en Russie et il possède plusieurs joueurs qui évoluent dans de bons clubs européens derrière bien sûr le gardien du Real Madrid Keylor Navas. On connaît aussi la valeur individuelle des joueurs serbes. Depuis deux ans, la Serbie est devenue une vraie équipe pour se qualifier directement pour cette Coupe du monde devant l'Eire et le Pays de Galles. L'objectif de sortir de ce premier tour demeure. Nous avons les moyens de nous qualifier. J'en suis convaincu !»

Une vraie équipe

Peter Gilliéron (président de l'Association Suisse de Football): «J'espérais affronter un adversaire du chapeau 1 moins fort que le Brésil. J'ai toutefois la certitude que nous sommes capables de soutenir la comparaison avec n'importe quelle équipe, aussi forte soit-elle. Avec la Serbie et le Costa Rica, notre groupe n'est pas facile. Il faudra être forts pour se qualifier. Le quart de finale demeure l'objectif assigné. J'ai le sentiment que l'équipe de Suisse n'est jamais aussi redoutable que dans l'adversité!»

Denis Zakaria: «Le Brésil sera clairement le favori de ce groupe mais, derrière, c'est ouvert. La Suisse a une chance, c'est sûr. Cela fait plusieurs années que nous travaillons bien ensemble. Disputer la Coupe du monde est le rêve de tous les joueurs et je me réjouis de découvrir la compétition et la Russie, un pays que je ne connais pas. C'est un groupe relevé mais tant mieux.»

Gelson Fernandes: «Jouer le premier match contre le Brésil, c'est un rêve de gosse. Objectivement, c'est un groupe très, très difficile. Le Costa Rica était en quart en 2014 et la Serbie possède de grandes individualités. Ce sera difficile mais nous n'aurons rien à perdre. Nous ferons tout pour relever ce défi.» (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!