Actualisé 12.07.2011 à 12:28

Naufrage du Bulgaria

Jour de deuil national en Russie

La Russie observait mardi une journée de deuil national pour les victimes du naufrage d'un bateau de croisière sur la Volga dimanche.

Le Bulgaria a sombré en quelques minutes dimanche.

Le Bulgaria a sombré en quelques minutes dimanche.

Les drapeaux étaient en berne en Russie, mardi, après la décision du président Dmitri Medvedev de décréter une journée de deuil national. Le Bulgaria, avec 182 passagers à bord, a fait naufrage dimanche sur un bassin de la Volga, à 800 km à l'est de Moscou. Le bilan pourrait atteindre 128 morts et constituer l'un des plus graves accidents de ce type de l'histoire du pays.

Des proches des victimes sont venus identifier les 58 corps remontés à la surface par une équipe de plongeurs qui fouillent depuis l'accident l'épave du Bulgaria, un bâtiment à double pont, qui a sombré en quelques minutes, à trois kilomètres de la rive.

Corps des enfants retrouvés

Les plongeurs ont pu pénétrer mardi dans une pièce du navire où étaient piégés des dizaines d'enfants au moment du drame, ont indiqué les autorités. Une trentaine d'enfants se trouvaient au moment du naufrage dans cette pièce, une salle de musique où ils avaient été rassemblés quelques instants auparavant pour une animation.

Il était impossible de déterminer dans l'immédiat si les plongeurs pouvaient sortir les corps ou s'il fallait attendre que le bateau, couché sur le flanc par 20 mètres de fond, soit renfloué, a dit Mme Lebedeva. Le ministre russe des Situations d'urgence Sergueï Choïgou a annoncé que le renflouage devait commencer samedi.

Selon les responsables des services de secours, les rescapés, dont le nombre varie entre 79 et 80, ont été secourus dans leur grande majorité par un bateau qui passait à proximité du lieu du naufrage. M. Choïgou a prévenu lundi qu'il n'y avait pratiquement plus aucune chance de retrouver des survivants.

Aucune licence

Selon les autorités russes, le bateau, conçu pour transporter jusqu'à 140 passagers, en comptait 208 au moment du naufrage, dont vingt-cinq qui n'avaient pas été enregistrés lors de l'embarquement.

En plus d'être surchargé, le bateau n'avait pas de licence pour transporter des passagers et son moteur gauche avait un problème lorsqu'il est parti en direction de Kazan, la capitale de la région du Tatarstan, située à environ 830 km à l'est de Moscou. (ats)

Une enquête criminelle ouverte

La Russie a ouvert mardi une enquête criminelle contre l'exploitant du bateau qui a fait naufrage dimanche dans la Volga et un expert du service de la navigation fluviale russe. Ils risquent tous deux jusqu'à 10 ans de prison. Le directeur général de la société ArgoRetchTour et l'expert du service de la navigation fluviale pourraient être condamnés «pour non-respect des normes de sécurité ayant entraîné la mort d'au moins deux personnes».

Le président russe, Dmitri Medvedev, avait demandé lundi une enquête sur l'exploitant de ce bateau vétuste et «les responsables des services d'Etat qui ont permis de naviguer à un navire dans cet état». Le comité d'enquête a par ailleurs indiqué que des poursuites contre les commandants de deux bateaux qui étaient passés sans s'arrêter près des lieux du naufrage allaient «être engagées très prochainement».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!