Actualisé 07.06.2006 à 11:10

«Jour de la Bête»: panique dans les maternités

Dans tous les Etats-Unis, ça a été la panique à la naissance mardi: nombre de futures mères superstitieuses ont fait des pieds et des mains pour ne pas accoucher en ce fatidique et démoniaque 6-6-6.

«Les gens ont annulé à tour de bras», expliquait Liza Washington, administratrice au centre médical presbytérien de New York. Plus d'une dizaine de naissances programmées ont été reportées à cause du «chiffre de la Bête», sorti du le Livre des Révélations, censé être celui de la naissance de l'Antéchrist.

A Chicago, le Dr Scott Pierce, obstétricien, a pratiqué une césarienne préventive sur une patiente qui refusait de voir son fils naître ce jour-là, craignant qu'il soit toute sa vie moqué, rejeté, surnommé «Damien», comme l'inquiétant personnage de l'Antéchrist enfant, dans «La Malédiction», classique du film d'horreur dont le remake est très opportunément sorti mardi 6 juin 2006.

Pas de problème pour les césariennes, programmables à l'avance, explique-t-il, tout en disant s'être refusé à toute pratique contraire à l'éthique. Pour les quelque 30% de naissances par les voies naturelles, le jour et l'heure peuvent aussi être contrôlés, le travail pouvant être artificiellement induit, accéléré ou ralenti, ajoute-t-il.

Mais si nombre de futures parturientes ont téléphoné affolées à leur obstétricien pour avancer la date de leur césarienne, d'autres ont fait le contraire.

Comme Rebecca Zerkin, 35 ans, qui a choisi exprès d'accoucher, elle aussi par césarienne, le sixième jour du sixième mois de la sixième année... «Je l'ai fait parce que le 5 juin est mon anniversaire et que je voulais que nous ayons des dates de naissance différentes». Quant à la superstition, «je m'en fiche complètement. Au moins, c'est une date facile à retenir». Il est vrai que Rebecca a mis au monde une petite fille... Et qu'à ce jour, rien ne dit que l'Antéchrist puisse être de sexe féminin.

En tous cas, le Diable n'est certainement pas Jill Haub: cette institutrice mère de deux garçons vient de fêter ses 40 ans, née le 6 juin 1966. Et elle a même eu du rab: «née le 6-6-66, ça fait quatre six. Et je suis gentille, pas diabolique», sourit cette chrétienne pratiquante.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!