Actualisé

Ex-président du CIOJuan Antonio Samaranch est décédé

L'Espagnol Juan Antonio Samaranch, décédé mercredi à Barcelone à l'âge de 89 ans, a régné vingt et un ans sur le Comité international olympique (CIO).

L'Espagnol Juan Antonio Samaranch est décédé mercredi, à l'âge de 89 ans.

L'Espagnol Juan Antonio Samaranch est décédé mercredi, à l'âge de 89 ans.

Seul des sept présidents qui se sont succédés à la tête de l'organisation, le baron Pierre de Coubertin, «père» des jeux Olympiques de l'ère moderne, était resté en fonction (1896-1925) plus longtemps que lui.

Né le 17 juillet 1920 à Barcelone dans une riche famille catalane d'industriels du textile, le marquis Juan Antonio Samaranch se consacre à l'entreprise familiale.

Sportif amateur, il organise à Barcelone en 1951 les premiers Championnats du monde de rink-hockey (hockey sur patins à roulettes) et conduit la sélection nationale au titre. Un succès sans précédent qui lui vaut l'admiration du général Franco.

Diplômé de l'Institut supérieur d'études d'entreprises de Barcelone, professeur d'économie, président de la puissante Caisse d'épargne de Catalogne, député à la «Deputacion» (préfecture) de Barcelone avant d'en devenir le président, M. Samaranch est nommé (1967) délégué national de l'Education physique et des Sports dans le gouvernement du général Franco.

Membre élu du CIO depuis 1966, il est le premier ambassadeur d'Espagne (1977-1980) à Moscou après la reprise des relations diplomatiques avec l'URSS. Vice-président du CIO (1974-1978), il accède à la présidence en 1980 avant d'être reconduit, à trois reprises (1989-1993-1997), dans ses fonctions.

Le 1er octobre 2000, M. Samaranch avait qualifié les jeux Olympiques de Sydney -ses derniers en tant que président- de «meilleurs de tous les temps».

Il avait été hospitalisé à Lausanne le 17 juillet 2001, jour de ses 81 ans, «en raison d'une extrême fatigue» liée au congrès du CIO à Moscou. La veille, M. Samaranch avait annoncé, depuis la capitale russe, l'élection de son successeur, le Belge Jacques Rogge, trois jours après avoir désigné Pékin pour l'organisation des JO-2008.

En août dernier, des complications aiguës d'hypertension artérielle liées «à un énorme effort avant et après le congrès du CIO à Moscou» avaient nécessité son hospitalisation à Barcelone.

Epoux de Maria Teresa Salisachs-Rowe (décédée le 16 septembre 2000), héritière d'une grande dynastie du textile de la Catalogne, M. Samaranch, décédé d'un arrêt cardio-respiratoire, était père de deux enfants, Maria Teresa et Juan Antonio Jr, élu membre du CIO en juillet 2001. (afp)

La détresse de la famille olympique

Le président du Comité international olympique (CIO) Jacques Rogge a exprimé mercredi la «détresse de la famille olympique» après le décès à Barcelone de Juan Antonio Samaranch. Président d'honneur du CIO, il a «renouvelé et changé profondément le paysage du Mouvement olympique», selon un communiqué du CIO diffusé en anglais et en espagnol.

«Je ne peux pas trouver les mots pour exprimer la détresse de la famille olympique», a déclaré M. Rogge. «Je suis personnellement profondément attristé par le décès de l'homme qui a construit les jeux Olympiques de l'ère moderne, un homme qui m'a inspiré et dont la connaissance du sport était réellement exceptionnelle.»

«Nous avons perdu un grand homme, un mentor et un ami qui a dédié sa long vie bien remplie à l'olympisme». Le CIO a rappelé que Juan Antonio Samaranch, peu après son élection à la tête du mouvement olymique en 1980, «a travaillé pour l'abolition de l'amateurisme aux Jeux Olympiques». /ats

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!