Berne: Jugé pour avoir «battu et poignardé» sa copine
Actualisé

BerneJugé pour avoir «battu et poignardé» sa copine

Un quadragénaire comparaît depuis lundi devant la justice bernoise pour avoir tué sa petite amie à un arrêt de bus de la capitale, en été 2013. Le verdict tombera le 10 novembre.

par
nc/ofu
1 / 4
Le corps d'une femme a été découvert dans la nuit de mardi à mercredi vers 02h00 (17 juillet 2013) à un arrêt de bus dans un quartier du nord de Berne.

Le corps d'une femme a été découvert dans la nuit de mardi à mercredi vers 02h00 (17 juillet 2013) à un arrêt de bus dans un quartier du nord de Berne.

Adrian Müller
Le procès du quadragénaire, arrêté trois semaines après les faits, s'est ouvert ce lundi (2 novembre 2015). Il est accusé du meurtre de sa petite amie, une Française de 34 ans.

Le procès du quadragénaire, arrêté trois semaines après les faits, s'est ouvert ce lundi (2 novembre 2015). Il est accusé du meurtre de sa petite amie, une Française de 34 ans.

Adrian Müller
Le tueur présumé aurait aiguisé sa hache pendant plusieurs heures avant de s'attaquer à sa petite amie.

Le tueur présumé aurait aiguisé sa hache pendant plusieurs heures avant de s'attaquer à sa petite amie.

Telebärn

C'est une affaire de meurtre particulièrement brutale qui est traitée depuis ce lundi par le Tribunal de district de Bern-Mittelland. L'accusé, dont le sort sera fixé le 10 novembre, est accusé de meurtre, tentative de lésions corporelles graves, viol, vol et menaces.

Selon l'acte d'accusation, l'homme de 46 ans a sauvagement tué sa petite amie à l'arrêt de bus «Markuskirche» en ville de Berne, le 17 juillet 2013. Une amie de la victime, qui était présente au moment des faits, a témoigné devant les juges. Elle a ainsi raconté qu'elle et son amie sont rentrées à l'appartement du couple le fameux soir. Le tueur présumé, armé d'une hache et d'un couteau, les attendait à l'intérieur du logement depuis près de dix heures. Il semblerait qu'il ait aiguisé sa hache pendant plusieurs heures.

«Je te tue. Je te tue»

C'est l'amie de la victime qui est entrée en premier dans l'appartement. Le prévenu se serait alors jeté sur elle dans le but d'atteindre sa petite amie, qui se trouvait juste derrière. L'accusé se serait par ailleurs collé sur le front une photo de l'enfant de l'amie du couple. Le quadragénaire aurait par la suite pénétré dans la chambre à coucher où sa copine s'était réfugiée. C'est là qu'il l'aurait poignardée une première fois. «Il n'arrêtait pas de crier: Je te tue. Je te tue», a expliqué l'amie de la victime au tribunal.

Blessée, la petite amie du tueur présumé serait ensuite parvenue à sortir de l'immeuble et aurait couru vers l'arrêt de bus. C'est là que l'accusé l'a une nouvelle fois poignardée.

Allongée dans une grande marre de sang

Une habitante, qui a assisté à la scène, avait expliqué à nos collègues alémaniques de «20 Minuten»: «J'ai entendu une femme crier à l'aide. Lorsque j'ai regardé par ma fenêtre, j'ai vu un homme sortir d'un immeuble et courir après la femme. Il l'a rattrapée à la hauteur de l'arrêt de bus. Il l'a ensuite battue et poignardée avec un objet tranchant.» Une piétonne était tombée peu après sur le corps sans vie de la Française de 34 ans, allongée dans une grande marre de sang.

Le prévenu avait pu être arrêté trois semaines après les faits. L'homme était connu des forces de l'ordre. Celles-ci avaient dû intervenir à cause de lui au lieu de travail de la victime. Une «affaire liée au droit civil» serait la cause de cette intervention.

Ton opinion