Zurich: Jugés pour un accident fatal de tyrolienne
Actualisé

ZurichJugés pour un accident fatal de tyrolienne

Deux hommes ont été reconnus responsables de la mort d'une fillette de 8 ans sur une tyrolienne dans un camp à Oetwil an der Limmat, en juin 2011.

Un chef de camp des Unions chrétiennes suisses de Geroldswil (ZH) et un collaborateur ont été condamnés pour homicide par négligence. Ils ont été reconnus responsables de la mort d'une fillette de 8 ans sur une tyrolienne dans un camp en juin 2011. Les deux hommes ont reconnu les faits. Ils écopent de peines pécuniaires de plusieurs milliers de francs avec sursis et d'une amende, a indiqué lundi le Ministère public zurichois.

Les faits remontent au 12 juin 2011 lors d'un camp de Pentecôte organisé par les Unions chrétiennes de Geroldswil à Oetwil an der Limmat (ZH). Un chef de camp et un collaborateur avaient installé une tyrolienne entre deux arbres distants d'une centaine de mètres pour un dénivelé de 30 à 40 mètres. Une corde de sécurité devait freiner la descente et les enfants étaient équipés de baudriers.

Un assurage cède

Plusieurs enfants ont utilisé l'installation sans problème. Mais, au passage d'une fillette, un assurage sur un arbre a cédé. En pleine vitesse, la malheureuse a percuté l'arbre de réception avec la tête, malgré une tentative d'un des organisateurs d'amortir le choc.

Pour le procureur, la mort de la fillette aurait pu être évitée. Malgré la déclivité et la longueur de la tyrolienne, un seul système de freinage a été installé et il n'a pas été suffisamment contrôlé avant le départ de la fillette. De plus, les responsabilités en matière de contrôles de sécurité n'ont pas été définies avec précision.

Expertises

Au début de l'enquête, les accusés ont nié avoir commis des erreurs. Plusieurs expertises ont alors été mandatées. Au fur et à mesure, les accusés ont fini par accepter de reconnaître leurs torts.

Les Unions chrétiennes ont tiré la leçon de ce drame. Les règles ont été renforcées. Aujourd'hui, seule une personne spécialement formée a le droit d'installer une tyrolienne, a indiqué à l'ats le chef de la communication Felix Furrer. Une formation interne et des cours externes sont organisés. Le chef de camp condamné est toujours actif au sein des Unions chrétiennes. (ats)

Ton opinion