Actualisé 15.01.2014 à 13:57

FranceJulie Gayet «est très calme», selon son ex-mari

L'actrice, dont le magazine «Closer» a révélé la relation avec François Hollande, «est très calme avec tout ça et très sûre d'elle», a affirmé lundi son ex-mari, un écrivain et scénariste argentin.

«Ce n'est évidemment pas facile. En même temps, elle est très calme avec tout ça et très sûre d'elle, je pense, parce qu'il n'y a aucune faute, aucune tromperie», a déclaré Santiago Amigorena sur Europe 1, sans dire où se trouvait l'actrice. «Je ne suis pas son porte-parole, en tout cas je pense que je la connais très bien, que je peux parler d'elle», a-t-il précisé, soulignant qu'ils étaient divorcés depuis 2006, après huit ans de mariage.

«C'est une actrice sublime qui travaille beaucoup, une mère qui s'occupe de ses enfants», a encore dit son ex-mari. Julie Gayet et Santiago Amigorena sont parents de deux enfants. Interrogé sur les allégations de lien avec le grand banditisme corse et l'appartement qui abritait secrètement la relation entre François Hollande et Julie Gayet, Santiago Amigorena a expliqué qu'Emmanuelle Hauck, qui lui prête l'appartement, était la mère d'un camarade d'école de leurs enfants.

Julie Gayet dans «Premiers Baisers»

L'appartement était prêté à Julie Gayet par cette amie actrice, ex-femme de Michel Ferracci devenue par la suite compagne de François Masini, réputé proche du milieu corse et assassiné en mai 2013.

Hollande mal protégé

Le paparazzi Sébastien Valiela, auteur des photos qui ont révélé la relation du président François Hollande et de l'actrice Julie Gayet, a estimé ce soir que le président était «mal protégé» lors de ces rendez-vous, car «il n'y avait quasiment pas de sécurité».

Le photographe avait déjà été l'auteur en 1994 des photos de la fille de François Mitterrand Mazarine Pingeot, publiées par l'hebdomadaire «Paris-Match». «Je pense que le président est mal protégé, qu'il y a un problème de sécurité et que pour pouvoir se rendre à des rendez-vous avec Julie Gayet, il prend des risques», a-t-il insisté.

Le photographe a ajouté qu'il aurait pu «sans aucun problème» attenter à la vie de François Hollande car, «tous les soirs, on était là sans aucune sécurité, même à l'extérieur». «Le président a sous mes yeux fait le tour du pâté de maison» pour «s'engouffrer dans un parking, sur un scooter, le casque pas attaché et avec aucun véhicule derrière», a-t-il dit.

Par ailleurs, «absolument personne» ne protégeait le président quand il était dans l'appartement, a-t-il poursuivi. «A partir du moment où il était dans l'appartement, la sécurité partait», a-t-il indiqué.

Le photographe dit enfin avoir été «surpris» de ce manque de sécurité, estimant «qu'un dispositif autour d'un président, normalement, c'est plus important que ça». (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!