Débat à Zurich: Juncker-Blocher: «Je t'aime, moi non plus»
Actualisé

Débat à ZurichJuncker-Blocher: «Je t'aime, moi non plus»

L'UDC Christoph Blocher et le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, se sont rencontrés mercredi à Zürich. L'occasion de revenir sur la comparaison entre Juncker et Hitler.

On aurait pu s'attendre à un climat tendu, il n'en a rien été. Mercredi, à Zurich, les deux hommes, invités à dialoguer à l'initiative du journal «Die Zeit», se sont entretenus dans un climat courtois, voire amical, dans une salle pleine à craquer.

L'occasion pour chacun de s'expliquer: en début du mois, Christoph Blocher avait en effet comparé la position du Premier ministre luxembourgeois à celle de Hitler dans les années 30. Jean-Claude Juncker, dans un entretien dans «Die Zeit», avait tenu les propos suivants: «Cette tache blanche au centre de l'Europe est une absurdité géostratégique» en avançant de nombreux arguments pour l'adhésion de la Suisse à l'UE, notamment pour «apporter une dose substantielle de bon sens».

Juncker met la salle dans sa poche

«Les déclarations d'amour se comprennent rarement du premier coup», a indiqué Jean-Claude Juncker. «Mon pays et ma famille ont beaucoup souffert du régime nazi» avant de répondre sur un ton plus léger à Blocher qui lui affirmait que les quelques politiciens suisses qui venaient à Bruxelles perdaient la tête: «vous avez souvent été à Bruxelles», déclenchant l'hilarité des partisans de Christoph Blocher.

Les deux hommes ont ensuite débattu sur les différences de points de vue de deux petits pays européens comme la Suisse et le Luxembourg, notamment à propos de l'euro et du Fonds Monétaire International (FMI). Sans surprise, leurs positions étaient diamétralement opposées. (20 minutes)

Ton opinion