26.06.2019 à 14:22

40 ans du JuraJurassiens pas assez réactifs pour Berne

Le gouvernement cantonal bernois estime que les autorités jurassiennes auraient dû agir contre les groupes séparatistes qui les menaçaient.

Les milieux séparatistes ne voulaient pas la venue du conseiller d'Etat bernois Pierre-Alain Schnegg.

Les milieux séparatistes ne voulaient pas la venue du conseiller d'Etat bernois Pierre-Alain Schnegg.

Keystone

Le Conseil d'Etat bernois déplore «vivement» que le gouvernement jurassien ait recommandé l'annulation de sa venue aux festivités du 40e anniversaire du Jura. Il attend des autorités jurassiennes une opposition à toute menace et action contre les autorités bernoises.

Annoncée à l'avance, la venue du conseiller d'Etat bernois Pierre Alain Schnegg dimanche dernier à Saignelégier (JU) a suscité l'ire des milieux séparatistes.

«Le Conseil-exécutif aurait attendu du gouvernement jurassien qu'il condamne ces dérapages et ces menaces à l'encontre d'une délégation d'un canton qu'il avait invité au même titre que les autres», déplore le Conseil d'Etat bernois mercredi dans un communiqué.

Par raison de sécurité

Finalement, la venue de la délégation bernoise aux festivités a été annulée au dernier moment. Le gouvernement et la police jurassienne ont affirmé ne pas pouvoir garantir sa sécurité. Côté bernois, l'exécutif fustige des «groupuscules qui placent leur idéologie au-dessus des règles de l'Etat de droit».

Berne salue toutefois les déclarations du président du gouvernement jurassien qui a jugé publiquement la situation de dimanche «regrettable» et mentionné des «éléments perturbateurs» et des «groupuscules qui sont accrochés au passé».

L'appartenance cantonale de Moutier (BE) a d'ailleurs, comme prévu, plané sur les festivités dans les Franches-Montagnes. Sur le fond, le Conseil d'Etat bernois estime mercredi qu'on ne peut pas lui reprocher de défendre son intégrité territoriale, de même qu'on ne peut pas lui reprocher que le résultat serré du scrutin du 18 juin 2017 soit contesté en justice, comme le prévoit le droit suisse.

Par ailleurs, les autorités prévôtoises pourraient contribuer à apaiser la situation en s'engageant à réconcilier les deux camps à Moutier, plutôt qu'en jetant de l'huile sur le feu, juge le gouvernement bernois. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!