Actualisé 23.10.2012 à 14:29

«Amour»

Jusqu'à ce que la mort les sépare

Palme d'or du dernier Festival de Cannes, «Amour», de Michael Haneke, ne laissera aucun spectateur indifférent.

de
Catherine Magnin

Georges (Jean-Louis Trintignant) et Anne (Emmanuelle Riva) s'aiment depuis toujours, et c'est fou ce que ça paraît simple quand on les voit prendre leur petit déjeuner ensemble. Ils ont la huitantaine, sont cultivés et ont traversé les épreuves de la vie. Ils vont devoir en affronter une dernière. Anne est victime d'une petite attaque et son état va se dégrader lentement, irrémédiablement. Georges lui promet de ne pas l'abandonner... Connu pour sa mise en scène de violences souvent insoutenables, en hors-champ («Funny Games», «Caché»), Michael Haneke filme de front la souffrance de ses personnages, sans aucune impudeur ni échappatoire.

Le poids de la durée

Comme ces longs plans qui respirent la sérénité au début, et qui deviennent d'une pesanteur insupportable plus la situation empire, le film ­monte en puissance sans qu'on ar­rive à lui tourner le dos. Ne faisant ni dans le sentimentalisme ni dans le maniérisme, ne donnant pas de leçon et ne jugeant pas ses personnages, Michael Haneke réussit à faire passer une émotion rare.

«Amour»

De Michael Haneke. Avec Jean-Louis Trintignant, Emmanuelle Riva, Isabelle Huppert.

Sortie le 24 octobre 2012

****

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!