Pénurie de généralistes - Jusqu’à 30 appels pour un rendez-vous chez le médecin
Publié

Pénurie de généralistesJusqu’à 30 appels pour un simple rendez-vous chez le médecin

La Fédération romande des consommateurs s’est glissée dans la peau de patients en quête d’un nouveau médecin de famille.

La Fédération romande des consommateurs (FRC) a mené une enquête de terrain pour calculer le nombre d’appels téléphoniques nécessaires pour décrocher un premier rendez-vous chez un médecin généraliste en Suisse romande. Les résultats de cette expérience publiée aujourd’hui sont parlants: il leur a fallu jusqu’à 30 coups de fil en moyenne à Fribourg. La FRC y voit une conséquence la pénurie de médecins de famille en Suisse.

Les enquêteurs ont téléphoné dans sept agglomérations, rurales ou urbaines, de Suisse romande à des cabinets de médecine générale. Ils se sont annoncés, sans travestir ni leur identité ni leur âge, comme futur nouvel arrivant dans la région à la recherche d’un généraliste. Il s’agissait pour la FRC de compter le nombre d’appels nécessaires, avec ou sans réponse, avant d’obtenir un rendez-vous et d’établir si les réponses pouvaient diverger d’une personne à une autre.

«Un comble»

En milieu urbain, il a fallu appeler trois fois le téléphone au Locle, 13 fois à Yverdon-les-Bains, 15 à Delémont, 20 à Martigny, et jusqu’à 30 fois à Fribourg. Les résultats des régions rurales paraissent plus raisonnables: six à la vallée de Joux et deux dans la campagne genevoise. Mais il ne faut pas s’y tromper, avertit la FRC: l’offre dans ces régions y est moindre et les patients identifient donc plus facilement les lieux de consultation.

La FRC note encore qu’il est impossible de savoir quels sont les praticiens qui acceptent de nouveaux patients dans sa région de résidence. Il existe bien des outils ou des applications mais ils ne sont qu’inégalement répartis entre régions et n’offrent pas nécessairement une information exhaustive, constate la FRC.

Cette dernière estime que la situation observée est «un comble», alors que près de la moitié de la population a opté pour un modèle d’assurance «médecin de famille ou HMO», qui oblige les patients à passer par un généraliste pour tout problème de santé.

Plus de 101 cabinets appelés

L’enquête de la FRC a reposé sur le scénario suivant: 22 enquêteurs ont appelé en moyenne 10 cabinets de médecine générale (individuels ou collectifs) chacun. Ils devaient alors s’annoncer – sans travestir ni leur identité ni leur âge – comme futur nouvel arrivant à la recherche d’un médecin de famille dans la ville ou la région où sont basés les praticiens contactés. Les téléphones ont été faits durant la semaine sur les heures de travail. Au total, 101 cabinets ont été appelés au moins deux fois. Pourquoi deux appels au moins? Il s’agissait de vérifier la constance des réponses. L’objectif est de livrer des informations au sujet de toutes les régions de Suisse romande, les zones urbaines comme les rurales. La FRC a sélectionné cinq agglomérations de tailles différentes, réparties sur plusieurs cantons: Yverdon-les-Bains, Fribourg, Martigny, Delémont, Le Locle. Ainsi que deux zones rurales: région de la vallée de Joux et Vallorbe, ainsi que les communes de la périphérie genevoise, Dardagny et Satigny. Ce choix n’a pas la vocation de la représentativité et a été opéré selon des critères de faisabilité, en fonction du nombre des enquêteurs, tempère la FRC qui estime toutefois que les résultats livrent des indices pertinents sur les difficultés que la population rencontre lorsqu’elle doit trouver un médecin de famille.

(Comm/jba)

Ton opinion

50 commentaires