Actualisé 15.06.2010 à 08:58

Affaire Kadhafi

Kadhafi jugé indésirable

Une motion exigeant que Hannibal soit interdit de séjour sera étudiée en fin de semaine au Grand Conseil. Mais à huis clos.

de
Didier Tischler
Le fils du colonel risque d'être déclaré «persona non grata». (Photo: epa)

Le fils du colonel risque d'être déclaré «persona non grata». (Photo: epa)

«Nous ne voulons pas jeter de l'huile sur le feu. Dans un climat aussi passionné, c'est une mesure de précaution.» Le président du législatif cantonal, Guy Mettan, justifie ainsi l'idée de débattre à huis clos d'une motion du MCG. Celle-ci exige des mesures d'éloignement contre Hannibal Kadhafi, en le déclarant «persona non grata» sur le territoire de la République et canton de Genève «pour une durée indéterminée».

Pour son auteur, Eric Stauffer, ne pas débattre ouvertement est un manque de courage politique. «Je rappelle que le Conseil fédéral a fait de même en interdisant l'espace Schengen à la famille Kadhafi», ironise le député MCG.

Curieusement, de nombreux élus de tous bords avaient promis des «représailles» contre la Libye une fois les deux otages libérés. Les politiciens ont visiblement nuancé leurs propos. «L'UDC n'entrera pas en matière», prévient Stéphane Florey. Le chef de groupe agrarien estime qu'il s'agit d'«un problème fédéral et non cantonal». Même son de cloche chez les libéraux. «Nous soutenons le huis clos mais rejetterons cette motion, explique Alain Meylan, chef de groupe. Il ne sert à rien d'enflammer inutilement le Parlement et de médiatiser ce débat pour donner ainsi des éléments supplémentaires à ceux qui nous attaquent.»

Selon nos informations, les groupes socialiste et écologiste devraient faire de même. A savoir accepter de débattre de l'affaire Khadafi, mais à huis clos, et refuser d'interdire Hannibal Kadhafi de séjour sur le sol genevois.

Est-il normal que le parlement débatte de cette affaire?

Guy Mettan(PDC): «Le rôle du Grand Conseil n’est absolument pas de s’immiscer dans des affaires internationales.»

Christian Bavarel (Les Verts): «Les parlementaires sont élus pour légiférer. Leur mission n’est pas de juger un cas exceptionnel.»

Eric Stauffer (MCG): «Le Parlement est légitimé pour faire la lumière sur toute cette affaire. Et surtout pas en catimini.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!