Actualisé 18.03.2011 à 11:45

Frappes de l'ONU

Kadhafi: «Nous ferons de leur vie un enfer»

Alors que l'ONU a accepté de recourir à la force contre la Libye, celle-ci se dit prête et attend sans crainte les frappes de l'ONU, en lui promettant l'«enfer».

Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a mis en garde contre toute offensive sur la Libye, menaçant de «transformer en enfer la vie» de ceux qui attaqueraient la Libye. «Si le monde devient fou, nous le serons aussi. Nous allons riposter», a poursuivi le «Guide».

La Libye n'a «pas peur» après le vote à l'ONU d'une résolution prévoyant des frappes aériennes contre les forces gouvernementales, a affirmé vendredi l'un des fils de Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam Kadhafi.

La Libye a affirmé jeudi soir qu'elle était prête pour un cessez-le-feu contre l'insurrection. Mais elle a demandé de discuter auparavant des détails de sa mise en oeuvre, a déclaré le vice-ministre aux Affaires étrangères Khaled Kaaim, lors d'une conférence de presse à Tripoli.

«Nous sommes prêts pour cette décision (de cessez-le-feu) mais nous avons besoin d'un interlocuteur bien précis pour discuter de sa mise en oeuvre», a déclaré M. Kaaim. «Nous avons discuté la nuit dernière avec l'émissaire de l'ONU (pour la Libye, le Jordanien Abdul Ilah Khatib) et nous avons posé des questions légitimes sur l'application d'un cessez-le-feu», a-t-il ajouté.

M. Kaaim a indiqué que son pays allait «réagir positivement à la résolution de l'ONU et nous allons prouver cette volonté en garantissant une protection aux civils», a-t-il dit.

Changement de tactique?

De son côté, le colonel libyen Mouammar Kadhafi a changé de tactique pour des raisons humanitaires et ne prévoit plus d'attaquer la ville de Benghazi, fief des rebelles, a annoncé jeudi soir la chaîne CNN. «Je viens juste de recevoir un appel d'un des fils de Kadhafi, Seif (al-Islam)», a indiqué un correspondant de CNN à Tripoli, Nic Robertson.

«Il a dit qu'ils étaient en train de changer de tactique autour de Benghazi, que l'armée n'allait pas entrer à Benghazi. Elle va prendre position autour du bastion» des rebelles, a ajouté le correspondant.

OTAN et UE

Les représentants des 28 pays membres de l'OTAN examineront eux vendredi les conséquences de l'adoption par l'ONU d'une résolution en faveur d'un recours à la force contre les troupes du colonel Mouammar Kadhafi, a déclaré un diplomate de l'OTAN.

«Toute décision de l'OTAN se fondera sur les trois conditions qu'a rappelées jeudi le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen, à savoir que la nécessité d'une intervention soit démontrée, l'existence d'un mandat juridiquement clair et le soutien des organisations régionales concernées», a-t-il souligné.

L'Union européenne (UE) a pour sa part salué vendredi la résolution votée par l'ONU. Elle s'est dite prête à la «mettre en oeuvre», dans la limite de ses compétences, dans un communiqué citant le président de l'UE Herman Van Rompuy et la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton dans ce texte.

«L'Union européenne est prête à mettre en oeuvre cette résolution dans le cadre de son mandat et de ses compétences», ont-ils ajouté, précisant que la question serait à l'ordre du jour d'une réunion des ministres européens des Affaires étrangères prévue lundi à Bruxelles, puis d'un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des pays de l'UE programmé jeudi et vendredi.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!