Actualisé 23.02.2011 à 21:25

Révoltes en LibyeKadhafi perd le contrôle de l'Est mais tient tête

Le régime de Mouammar Kadhafi semblait mercredi avoir perdu le contrôle de vastes régions de l'est de la Libye.

Après des jours d'hésitation face à ce qu'ils ont qualifié de «bain de sang» et de «génocide», les Etats-Unis et l'Union européenne ont annoncé envisager des sanctions contre le pouvoir chancelant de M. Kadhafi, de plus en plus isolé après avoir été lâché par ses pairs arabes et plusieurs proches et diplomates.

La Commission européenne s'est dite préoccupée par le risque de catastrophe humanitaire et évaluait les besoins en cas d'exode de la population qui fuit via la frontière tunisienne, au moment où l'évacuation de dizaines de milliers d'étrangers se poursuivait par air et par mer, dans des conditions difficiles.

Prix record pour le pétrole

La Libye détenant les plus importantes réserves de pétrole en Afrique, le pétrole poursuivait son envolée sur les marchés, atteignant des prix records depuis plus de deux ans, de crainte d'un effet domino sur d'autres exportateurs du continent noir ou du Moyen-Orient.

Plusieurs groupes pétroliers comme le Français Total, l'Italien ENI et l'Espagnol Repsola ont suspendu leurs activités dans le pays et rapatriaient leurs employés.

Sourd aux véhémentes protestations internationales, Mouammar Kadhafi, le plus ancien dirigeant du monde arabe au pouvoir depuis plus de 40 ans, a appelé la police, l'armée et ses partisans à réprimer les contestataires, avertissant de possibles «boucheries» et menaçant de «purger (le pays) maison par maison».

«Capturez les rats!», a-t-il dit en parlant de ses opposants dans un discours télévisé enflammé et belliqueux mardi soir.

Entre 300 et 2.000 morts

Depuis le début de la révolte le 15 février, 300 personnes ont été tuées, selon un bilan officiel, la plupart à Benghazi, deuxième ville du pays située à 1.000 km à l'est de Tripoli et foyer de l'insurrection.

La Fédération internationale des ligues de droits de l'homme (FIDH) a parlé d'au moins 640 morts, dont 275 à Tripoli et 230 à Benghazi. Et un médecin français tout juste rentré de Benghazi, Gérard Buffet, a évoqué «plus de 2.000 morts» uniquement dans cette ville.

Les opposants semblaient contrôler cette région orientale, de la frontière égyptienne jusqu'à la localité d'Ajdabiya plus à l'ouest, en passant par Tobrouk, Derna et Benghazi, selon des journalistes et des habitants.

Des journalistes ont vu des insurgés, en majorité armés, sur la route longeant la Méditerranée jusqu'à Derna où des habitants ont affirmé que des soldats s'étaient ralliés à l'insurrection et démenti des déclarations officielles sur l'instauration d'un émirat islamique.

Peur à l'Europe

Ces allégations visent «à faire peur à l'Europe», a dit l'un d'eux.

A l'extérieur de Derna, des jeunes hommes barbus transportaient des mitrailleuses dans des pick-up, affirmant avoir pris ces armes à des miliciens loyaux à Kadhafi. A proximité, une centaine de personnes réunies à l'extérieur d'une mosquée scandaient: «Kadhafi, tu as fait ton temps».

Sur la route côtière, les gens faisaient le signe de la victoire, manifestaient leur joie et disaient être sûrs que le colonel Kadhafi serait bientôt renversé. Des insurgés brandissaient le drapeau de la monarchie libyenne du roi Idriss, renversée par M. Kadhafi en 1969, qui s'est imposé comme un symbole de la révolte.

Dizaines de partisans

Dans Tripoli, la capitale, malgré l'appel de Kadhafi, seules des dizaines de ses partisans ont défilé sous les yeux de quelques policiers et hommes en civil armés de kalachnikov.

La plupart des commerces sont restés fermés, mais de longues files d'attente se sont formées devant les boulangeries et les stations-service.

A l'aéroport de Tripoli, la situation était «chaotique», des passagers se battant pour monter dans les avions, selon le commandant d'un avion maltais, Philip Apap Bologna, de retour de la capitale libyenne.

Menaces aux journalistes

Dans une mise en garde aux médias, le vice-ministre libyen des Affaires étrangères, Khaled Kaïm, a averti que les journalistes entrés «illégalement» en Libye seraient considérés «comme des collaborateurs d'Al-Qaïda et comme des hors-la-loi».

L'UE a appelé les autorités libyennes à «garantir» la sécurité des étrangers et à «faciliter» le départ de ceux qui le souhaitaient.

Le Croissant-Rouge tunisien a mis en garde contre un «risque catastrophique» d'exode massif, alors que le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, a dit craindre un «exode biblique» de migrants.

Face aux violences, les Etats-Unis ont dit envisager «toute une gamme d'options», dont des «sanctions». Les pays de l'UE ont chargé leurs experts d'examiner des gels d'avoirs, des interdictions de visa et d'éventuelles poursuites contre des dirigeants libyens.

Et l'Union africaine a finalement réagi, condamnant l'«usage disproportionné de la force contre les civils» et appelant au dialogue.

«C'est un massacre en Libye», hurle Omar Ali Mohamed Al-Assadi qui a fui en Tunisie. «Je veux l'intervention de l'Occident pour arrêter ce massacre tout de suite, il faut que les Européens soutiennent les Libyens et ne cherchent pas le pétrole car Kadhafi est fini, il va tomber».

TSR

(ats)

L'UE prête à évacuer 10.000 ressortissants

L'Union européenne a annoncé mercredi qu'elle mobilisait des moyens pour être en mesure d'évacuer de Libye au cours des prochaines heures et prochains jours les quelque 10.000 de ses ressortissants qui y restent, y compris par voie de mer.

Le mécanisme européen de coopération pour la protection civile a été activé afin de déterminer quels moyens de transport peuvent être mis à disposition par les Etats membres de l'Union pour cette opération, a indiqué un porte-parole de la Commission européenne.

«Les opérations d'évacuation par les Etats membres ont déjà commencé», a précisé le porte-parole. La Commission cherche pour sa part à «coordonner la mise à disposition de capacités de transports pour poursuivre ces évacuations, notamment par mer, au cours des prochaines heures et (prochains) jours», a-t-il ajouté.

Dans un communiqué ultérieur, la Commsission a précisé qu'elle étudierait «les moyens maritimes notamment à concentrer dans la région de Benghazi (Est) et d'autres parties du pays».

«Des milliers de citoyens de l'Union européenne veulent absolument quitter la Libye dans des circonstances extrémement difficiles. Notre devoir est de répondre à ce défi en facilitant les évacuations»«, a souligné la commissaire européenne responsable des situations de crise, Kristalina Georgieva.

»Les Européens travaillent dans un esprit de solidarité dans cette crise sans précédent afin de mettre rapidement en sécurité les Européens de Libye«, a-t-elle ajouté.

»Ce ne sera pas une tâche facile«, a reconnu le porte-parole.

»Tous les ports et terminaux sont temporairement fermés« en Libye en raison de la situation dans le pays, en proie à une révolte sanglante contre le régime de Mouammar Kadhafi, a annoncé mercredi en parallèle la compagnie maritime française CMA-CGM.

Par ailleurs, se pose la question de la mobilisation de moyens militaires européens pour aider à l'évacuation des ressortissants de l'UE et d'autres pays étrangers de Libye, qui a annoncé un bilan de 300 morts dans les violences dans le pays, touché depuis le 15 février par une insurrection sans précédent que Mouammar Kadhafi.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!