Actualisé

Révolution en LibyeKadhafi veut «écraser ses ennemis»

Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a déclaré mardi soir être «déterminé à écraser les ennemis» dans un discours diffusé par la télévision officielle libyenne.

«S'il s'agit d'un complot étranger nous allons l'écraser, s'il s'agit d'un complot intérieur nous allons aussi l'écraser», a-t-il affirmé.

«Les colonisateurs seront vaincus, la France sera vaincue, l'Amérique sera vaincue, la Grande-Bretagne sera vaincue», a déclaré le «Guide de la révolution» libyenne, martelant «nous sommes déterminés à écraser les ennemis»

«Le peuple libyen triomphera, la liberté triomphera», a-t-il souligné, ajoutant: «nous sommes déterminés à préserver l'unité de la Libye même au prix de notre vie».

M. Kadhafi, qui s'exprimait calmement, a également affirmé que «tout le peuple libyen est prêt à se battre pour protéger le pétrole».

L'ONU planche sur une résolution

Un projet de résolution sur l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne en Libye a été mis en circulation mercredi au Conseil de sécurité de l'ONU. L'Allemagne a toutefois déjà exprimé des réserves.

Le texte, qui répond à la demande formulée samedi par la Ligue Arabe, a été distribué par les représentants britannique et libanais lors d'une réunion à huis clos. Il autorise «toutes les mesures nécessaires pour mettre en oeuvre» une interdiction de l'ensemble des vols ainsi que pour protéger les populations civiles, selon un exemplaire obtenu par Reuters.

Le projet de résolution ouvre par ailleurs la voie à «un durcissement et un élargissement» des sanctions adoptées le 26 février par le Conseil de sécurité, a précisé l'ambassadeur libanais Nawaf Salam, unique représentant arabe du Conseil.

Après l'avoir reçu, les représentants des 15 Etats membres se sont séparés sans décision. Ils doivent se revoir à nouveau mercredi. Outre l'Allemagne, les Etats-Unis et la Russie ont exprimé des doutes quant à la pertinence et à l'efficacité d'une zone d'exclusion aérienne.

«Nous avons soulevé des questions qui restent partiellement sans réponse, comme celle de la participation arabe ou d'éventuels effets contraires aux intentions de la Ligue arabe, dans la mesure où la Ligue arabe a estimé qu'il ne devait pas y avoir d'intervention étrangère», a déclaré l'ambassadeur allemand Peter Wittig.

Son homologue Vitali Tchourkine a seulement indiqué que la délégation russe examinait le texte. Gérard Araud, représentant permanent de la France, a souhaité sans trop y croire que le vote ait lieu dès mercredi. Paris est «profondément affligé» par l'incapacité du Conseil de sécurité à réagir à la progression des forces libyennes face aux insurgés de l'Est de la Libye, avait-il déclaré avant la réunion. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!