Actualisé 07.11.2008 à 11:11

TPIKaradzic réclame l'accès à des preuves sur un accord présumé avec Holbrooke

L'ex-chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic a réclamé que l'accès à tous les documents prouvant selon lui qu'un accord conclu avec le négociateur américain Holbrooke le protégerait de toute poursuite, a indiqué vendredi le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPI).

M. Karadzic réclame l'accès à «toute information en possession de l'accusation concernant un accord conclu avec Radovan Karadzic par Richard Holbrooke vers le 18-19 juillet 1996», dans une requête publiée par le TPI.Lors de sa première comparution le 31 juillet, Radovan Karadzic avait affirmé qu'il avait échappé pendant treize ans à la justice internationale grâce à un accord secret avec le négociateur américain.M. Holbrooke, l'architecte des accords de Dayton qui avaient mis fin à la guerre de Bosnie (1992-1995), a toujours nié l'existence d'un tel accord.Dans sa requête, Radovan Karadzic demande notamment que le procureur lui transmette «une copie de l'accord écrit conclu» ou «des mémoires, de la correspondance, des rapports ou enregistrements de conversations avec des personnes qui (en) avaient connaissance».M. Karadzic avance que ces documents «sont des données pour la préparation de sa défense». «Il a été promis» à M. Karadzic par M. Holbrooke «qu'il ne ferait pas l'objet de poursuites à La Haye s'il se retirait complètement de la vie publique», selon la requête.«Cette promesse est attribuable au TPI car elle a été faite au nom de, ou bien en consultation avec, des Etats siégeant au Conseil de sécurité des Nations unies», ajoute l'accusé.Ceci «pourrait suggérer l'innocence de l'accusé ou bien atténuer sa peine s'il était condamné», argumente-t-il.Radovan Karadzic, 63 ans, avait été arrêté le 21 juillet à Belgrade. Il plaide non coupable de onze chefs de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité.axr/mlm/bmk

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!