Asie du Sud-Est: Kerry s'aide d'une canne de la dynastie Kennedy
Actualisé

Asie du Sud-EstKerry s'aide d'une canne de la dynastie Kennedy

Affaibli depuis qu'il s'est cassé une jambe fin mai en tombant en vélo non loin de Genève, le secrétaire d'Etat américain se déplace en s'appuyant sur un objet ayant appartenu à l'illustre famille.

«Cette canne a une histoire», a lancé John Kerry à ses homologues d'Asie du Sud-Est, où il est en visite.

«Cette canne a une histoire», a lancé John Kerry à ses homologues d'Asie du Sud-Est, où il est en visite.

En tournée en Asie du Sud-Est, John Kerry a fait son effet mercredi à Kuala Lumpur: au milieu d'un marathon diplomatique ministériel des pays de l'Asean et des grandes puissances, il est apparu marchant avec une élégante canne noire en bois, ornée d'une belle poignée en métal couleur or. «Cette canne a une histoire», a-t-il lancé en la brandissant devant ses homologues asiatiques réjouis.

«Cette canne appartenait à l'ambassadeur Joseph B. Kennedy en Angleterre», lorsque le père du président John Kennedy (1961-1963) représentait son pays à Londres au début de la Seconde guerre mondiale, a raconté le patron de la diplomatie américaine. «Après la guerre, le président Kennedy, avant qu'il ne devienne président, se servait de cette canne quand il avait mal au dos», a ajouté M. Kerry.

Le président a été imité par son plus jeune frère, le sénateur Edward Kennedy (mort en 2009) qui, survivant d'un accident d'avion en 1964, souffrira aussi d'incessantes douleurs au dos, a narré John Kerry. «Et quand je fus opéré du genou, à deux reprises, (le sénateur Kennedy) m'avait prêté cette canne», s'est-il encore rappelé.

Chute à vélo en marge des discussions sur l'Iran

M. Kerry, 71 ans, grand sportif, se remet doucement d'une fracture au fémur droit, conséquence d'une chute en vélo dans les Alpes françaises le 31 mai, alors qu'il était à Genève la veille pour les dernières tractations avec l'Iran sur son programme nucléaire.

Il avait été opéré début juin, était resté en convalescence pendant trois semaines, avant de remonter dans son avion pour aller négocier et signer, à Vienne le 14 juillet, l'accord historique sur le nucléaire iranien. Mais il se déplaçait toujours à l'aide de béquilles placées sous ses aisselles.

«Quand Vicki Kennedy, la veuve (d'Edward), a appris que je m'étais cassé la jambe, elle a compris que j'aurai besoin de la canne», une troisième fois, a rigolé John Kerry. Le ministre des Affaires étrangères est très proche du clan Kennedy et s'y réfère très souvent.

Il affiche les mêmes initiales, JFK (pour John Forbes Kerry), que le président assassiné et considère son ami, le sénateur Kennedy, comme son mentor en politique. M. Kennedy fut élu du Massachusetts pendant plus de 40 ans et John Kerry à ses côtés au Sénat représentant ce même Etat du Nord-Est des Etats-Unis pendant 29 ans.

(afp)

Ton opinion