Syrie: Kerry s'inquiète du soutien russe à Assad
Actualisé

SyrieKerry s'inquiète du soutien russe à Assad

Le secrétaire d'Etat américain a réitéré la position de Washington face au président syrien quelques heures après des propos du président russe Vladimir Poutine.

Kerry esttime que l'aide que la Russie apporte à la Syrie de Bachar al Assad risque «d'exacerber le conflit et de nuire à notre objectif commun de lutte contre l'extrémisme».

Kerry esttime que l'aide que la Russie apporte à la Syrie de Bachar al Assad risque «d'exacerber le conflit et de nuire à notre objectif commun de lutte contre l'extrémisme».

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a eu mardi un entretien téléphonique sur la Syrie avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

L'aide que la Russie apporte à la Syrie de Bachar al Assad risque «d'exacerber le conflit et de nuire à notre objectif commun de lutte contre l'extrémisme», lui a-t-il dit, selon le département d'Etat. John Kerry a souligné qu'il n'y avait «pas de solution militaire au conflit généralisé en Syrie, qui ne peut être résolu que par une transition politique s'éloignant d'Assad», d'après la même source.

Le Secrétaire d'Etat a répété que pour les Etats-Unis, la lutte de la coalition militaire internationale menée par Washington contre l'organisation Etat islamique (EI), qui contrôle de vastes territoires en Irak et en Syrie, ne pouvait entraîner une quelconque coopération avec le président Assad.

Depuis le début du mois, les Etats-Unis, qui dirigent depuis un an la campagne de frappes aériennes contre l'EI, disent observer un renforcement de la présence militaire russe en Syrie. Ils soupçonnent Moscou de vouloir s'installer sur une base aérienne près de Lattaquié, bastion des fidèles du président Bachar al Assad.

Discussions à Londres

Vladimir Poutine, répondant aux accusations de Washington sur un déploiement de matériels militaires et de soldats russes en Syrie, a été très clair mardi. «Nous soutenons le gouvernement syrien dans sa lutte contre l'agression terroriste, nous lui avons proposé et nous continuerons de lui offrir une aide militaire technique», a-t-il déclaré lors d'une réunion à Douchanbe.

Le département d'Etat américain a ajouté que chef de la diplomatie se rendra à Londres du 18 au 20 septembre pour discuter avec son homologue britannique, Philip Hammond, de la Syrie et de la crise des réfugiés en Europe. Il rencontrera également dans la capitale britannique le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis, Abdallah ben Zaïed. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion