Etats-Unis/Genève: Kerry tweete une photo de lui à l'hôpital
Actualisé

Etats-Unis/GenèveKerry tweete une photo de lui à l'hôpital

Dix jours après s'être cassé le fémur et avoir fait un saut aux urgences des HUG à Genève, le secrétaire d'Etat américain soigne son image d'hyperactif.

«Je me sens bien une semaine après mon opération. Bonnes discussions aujourd'hui avec l'ambassadrice (ndlr: conseillère à la sécurité nationale Susan) Rice et l'équipe du département d'Etat. Le travail continue!» a tweeté John Kerry mardi.

Le message est accompagné d'une photo de l'illustre patient, conversant au téléphone dans ce qui est visiblement sa chambre au Massachusetts General Hospital de Boston.

Avant la publication de ce tweet et de cette photo, le porte-parole du département d'Etat, Jeffrey Rathke, avait donné, comme tous les jours, des bribes de nouvelles de son hyperactif ministre des Affaires étrangères. Il avait expliqué que son ministre recevait des soins de «kinésithérapie» tout en continuant à travailler et à téléphoner à ses homologues dans le monde.

John Kerry a ainsi parlé de «changement climatique» avec le ministre brésilien des Affaires étrangères Mauro Vieira et s'est entretenu avec ses conseillers à propos de la Russie et de l'Iran, selon Jeffrey Rathke.

Peu d'informations sur son état de santé

Mais depuis dix jours, le département d'Etat reste peu disert sur l'état de santé de son patron et n'avait diffusé aucune photo de lui depuis son accident de vélo le 31 mai au matin en Haute-Savoie (centre-est de la France) alors qu'il séjournait à Genève pour des entretiens avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif sur le programme nucléaire de Téhéran.

John Kerry a été rapatrié le 1er juin à Boston et opéré du fémur droit le lendemain.

Jeffrey Rathke a rappelé que le secrétaire d'Etat, 71 ans, avait subi une «intervention chirurgicale» après s'être fracturé un «os important» et que son «rétablissement prenait du temps».

Pas de calendrier prévu

Le porte-parole n'a pas non plus voulu s'avancer sur une date de retour aux affaires à Washington du secrétaire d'Etat, lequel souhaite ardemment boucler les négociations internationales sur le nucléaire iranien afin de sceller un accord historique d'ici au 30 juin.

«Nous pensons que c'est faisable», a réaffirmé Jeffrey Rathke, en faisant référence à cet accord.

(afp)

Ton opinion