Actualisé

Russie - PresseKhodorkovski «confirme une justice sélective»

La presse russe affirme que la condamnation de l'ex-magnat du pétrole Mikhaïl Khodorkovski nuit à l'image de la Russie.

Le jugement de culpabilité de l'ex-magnat du pétrole Mikhaïl Khodorkovski est un «cadeau» à l'homme fort du pays, Vladimir Poutine, qui porte préjudice à l'image de la Russie et aux efforts de modernisation du président Dmitri Medvedev, selon la presse russe mardi.

«Relaxer Khodorkovski sonnerait le glas du système Poutine», président de la Russie de 2000 à 2008 et actuel Premier ministre, écrit le quotidien économique Vedomosti dans un éditorial.

La justice russe, qui a reconnu M. Khodorkovski coupable lundi de vols de pétrole et du blanchiment d'argent, continue de lire le jugement de son deuxième procès, mais la reconnaissance de culpabilité a eu «des résultats immédiats», selon Vedomosti.

«Justice russe sélective»

«Ce jugement confirme le caractère sélectif d'une justice russe aux ordres et le fait que les règles dans la politique et les affaires ne sont pas définies», ajoute le journal.

«Les investissements dans le complexe énergétique dépendent peu de la démocratie mais en ce qui concerne les hautes technologies, les investisseurs sont très attentifs quant aux règles du jeu. Adieu la modernisation!» chère au président Dmitri Medvedev, conclu Vedomosti.

Selon le quotidien populaire Moskovski Komsomolets, «le juge énonce un cadeau de Noël pour Vladimir Poutine».

Vladimir Poutine formel

M. Poutine a déclaré à la mi-décembre à propos de l'ex-PDG du groupe pétrole Ioukos, Mikhaïl Khodorkovski, que ses crimes avaient été «prouvés» par la justice« et que »tout voleur (devait) aller en prison. La défense a dénoncé «l'ingérence directe» dans le procès.

«Le Premier ministre a soufflé le jugement de Khodorkovski», renchérit le journal Troud, qui en énumère les conséquences: «un coup porté à l'image du président», «le renforcement de Poutine et le durcissement du régime», «la chute des investissements de la part des Occidentaux effrayés» et «le mécontentement de l'Union européenne». (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!