Affaire de meurtre: Khodorkovski convoqué par la justice russe

Actualisé

Affaire de meurtreKhodorkovski convoqué par la justice russe

L'opposant russe en exil et ancien oligarque est soupçonné d'être impliqué dans une affaire de meurtre remontant à 1998.

Mikhaïl Khodorkovski a passé dix ans en prison.

Mikhaïl Khodorkovski a passé dix ans en prison.

Les enquêteurs se sont présentés lundi au domicile du père de l'opposant, Boris Khodorkovski, pour lui remettre une convocation visant son fils, exilé depuis sa libération des prisons russes en 2013, selon la fondation Open Russia, qui a publié un scan du document. Mikhaïl Khodorkovski, qui a passé près de dix ans en détention après son arrestation en 2003 pour «vol par escroquerie à grande échelle» et «évasion fiscale», est soupçonné par la justice d'être le commanditaire de l'assassinat d'un maire en Sibérie il y a 17 ans.

La victime, Vladimir Petoukhov, était le maire de Nefteïougansk, ville où était installée une ancienne filiale du groupe pétrolier Ioukos, alors propriété de M. Khodorkovski. L'ancien chef de la sécurité de Ioukos, Alexeï Pitchouguine, a été condamné en 2007 à la prison à perpétuité pour cet assassinat. Le père de l'opposant avait lui-même été entendu en août dans cette affaire. «C'est comme s'ils ne connaissaient pas mon adresse», a ironisé Mikhaïl Khodorkovski sur Twitter, qualifiant la convocation de «triste tentative de changer le sujet du débat» en Russie.

«Cela ressemble à une vengeance après la publication des informations sur l'affaire espagnole», a pour sa part assuré la porte-parole de l'ancien oligarque, Kulle Pispanen, en référence aux révélations d'Open Russia sur une enquête lancée par la justice espagnole concernant les liens présumés entre la mafia russe et des proches de M. Poutine. L'ex-patron de Ioukos avait été gracié par le président russe en 2013. Après avoir affirmé dans un premier temps ne pas souhaiter se mêler de politique, il a tout de même créé un mouvement destiné à rassembler les maigres forces pro-européennes en Russie. (afp)

Ton opinion