Russie: Khodorkovski plaide non coupable dans son nouveau procès
Actualisé

RussieKhodorkovski plaide non coupable dans son nouveau procès

L'ex-patron du géant pétrolier russe Ioukos, Mikhaïl Khodorkovski, accusé dans un nouveau procès de détournements et revente illégale de pétrole à hauteur de 20 milliards d'euros, a plaidé non coupable mardi devant le tribunal de Moscou où il est jugé.

Une ex-juriste du groupe va elle être libérée sous caution.

«Je plaide non coupable», a déclaré l'ex-homme le plus riche de Russie à la fin de la lecture de l'acte d'accusation qui a duré huit jours.

Mikhaïl Khodorkovski a plaidé non coupable sur tous les chefs d'accusation, tout comme son ancien associé et co-accusé Platon Lebedev.

«Du point de vue du droit pénal, ce n'est pas un acte d'accusation, c'est un faux schizophrénique», a déclaré M. Lebedev.

Procès depuis mars

«Je n'ai jamais rien pillé ni me suis emparé de rien dans ma vie, ni tout seul ni au sein d'un groupe organisé. Avouer un crime qui n'a pas eu lieu juridiquement est un non-sens. Le parquet et l'enquête on commis un crime en faisant une telle accusation».

Son nouveau procès s'est ouvert le 3 mars au tribunal de Khamovniki de Moscou.

Un tribunal de Moscou s'est par ailleurs prononcé mardi en faveur d'une libération anticipée de Svetlana Bakhmina, ex-juriste du groupe pétrolier russe Ioukos condamnée pour évasion fiscale et qui réclamait depuis des mois une telle mesure.

Refus en septembre dernier

«Le tribunal, après avoir entendu la défense, le procureur, les représentants des services de l'application des peines, pense qu'il est possible de satisfaire la demande de libération anticipée de Svetlana Patrovna Bakhmina», a déclaré la juge, Irina Vyrycheva, citée par l'agence russe Ria Novosti.

Mme Bakhmina, mère de trois enfants en bas âge, s'était vu refuser en septembre une libération anticipée en vue de laquelle «elle avait reconnu sa culpabilité et s'était repentie», avait indiqué en octobre son avocat Roman Golovkov.

La détenue a déjà purgé plus de la moitié de sa peine de six ans et six mois.

(ats)

Ton opinion